Signaux d'alarme et escroqueries courantes


Ce qu’il y a de terrifiant, c’est le nombre de façons possibles de se faire prendre au piège par les fraudeurs. En ligne, par téléphone ou à votre porte, la fraude peut être n’importe où. Évitez les pièges tendus par les fraudeurs. Apprenez à repérer ces signaux d’alarme :

Signaux d'alarme de la fraude


La porte d’entrée :




Au téléphone – Les fraudeurs raconteront n’importe quoi pour mettre la main sur vos renseignements personnels ou sur votre argent. Ils peuvent tenter de se faire passer pour un membre de la famille, souvent un petit-enfant) en état de détresse. Ils peuvent vous annoncer que vous avez gagné un forfait vacances. Parfois, ils offrent une nouvelle occasion d’investissement très lucrative. Ils vous pressent à prendre une décision sur-le-champ. Ils ne vous laissent pas le temps de réfléchir ni de consulter une personne de confiance. Le fraudeur ne veut pas courir le risque de se faire repérer par une personne de votre entourage.


Si un étranger vous demande d’envoyer de l’argent par virement télégraphique ou de lui donner vos renseignements personnels, méfiez-vous! Si vous recevez un appel d’une personne qui vous presse de lui envoyer de l’argent, de fournir vos renseignements de carte de crédit ou bien d’acheter un produit ou service dont vous n’avez pas besoin, raccrochez. Si cette personne vous demande de fournir des renseignements personnels, comme votre numéro d’assurance sociale, raccrochez.


Dans un message texte – Les fraudeurs prennent parfois la voie des textos pour envoyer de fausses offres d’emploi, des remboursements d’impôt factices ou autres escroqueries. Par exemple, ils peuvent vous proposer un travail à titre de client mystère. On encore, ils peuvent vous proposer une grosse somme d’argent pour appliquer le logo d’une entreprise sur votre voiture. Parfois, ils envoient des textos qui semblent de sources officielles, comme un organisme gouvernemental, une banque ou une autre entreprise, dans le but de vous soutirer des renseignements personnels. Le texto peut sembler légitime, mais ces organismes ne vous demanderont jamais de fournir des renseignements aussi importants par texto. Soyez vigilant quand vous recevez un texto d’un numéro de téléphone inconnu.




À votre porte – Les plaintes sont souvent au sujet de contrats ambigus, de produits de mauvaise qualité, de services médiocres, ou le client ne reçoit pas le produit ou le service acheté. D’autres pratiques frauduleuses courantes sont les démarcheurs qui se font passer pour des agents d’organismes de bienfaisance, qui offrent une possibilité d’investissement factice ou qui proposent des services d’entretien ou de réparation à domicile qu’ils n’ont pas l’intention de rendre. 




Par la poste – Si vous recevez une lettre à l’improviste vous informant d’un héritage considérable, d’un prix gagné à la loterie, ou d’une possibilité d’investissement intéressante, méfiez-vous! Ces lettres frauduleuses proviennent habituellement de l’étranger. Les entreprises commerciales reçoivent parfois de fausses factures en retard pour des services qu’elles n’ont pas reçus ni demandés.   


Par courriel – Le courrier électronique est pour les fraudeurs un moyen facile de vous tendre un piège. Ils peuvent insérer dans les courriels des liens vers des sites Web factices qui ressemblent aux sites légitimes. Ces courriels sont aussi appelés hameçonnage. Le fraudeur espère que vous cliquerez sur le lien et qu’une fois dans le site Web factice, vous lui fournirez des renseignements personnels, comme un NIP, un numéro de carte de crédit ou des renseignements bancaires. Ce type de courriels peut parfois sembler provenir d’un ami ou d’une personne dans votre liste de contacts. Si vous avez des doutes, ne répondez pas au courriel et ne cliquez pas sur un lien. Avant de faire quoi que ce soit, communiquez avec l’entreprise ou votre ami pour leur demander si le courriel ou le lien est légitime.   




En ligne – Faites preuve de vigilance lorsque vous naviguez dans Internet. Les annonces offrant un essai gratuit ou un cadeau après que vous ayez répondu à un sondage peuvent sembler une bonne idée sur le coup. Mais en les acceptant, il se peut que vous vous engagiez, sans le savoir, à recevoir certains produits ou services. Vous pourriez par la suite recevoir une facture inattendue par la poste. Si vous devez fournir vos renseignements de carte de crédit pour couvrir les frais d’expédition et de manutention de l’échantillon gratuit, méfiez-vous. Lisez les petits caractères avant de vous inscrire pour recevoir un échantillon gratuit.


Les fraudeurs publient parfois de fausses annonces en ligne ou créent des magasins en ligne en tout point semblables à de vrais commerces virtuels. Ils peuvent y vendre des imitations bas de gamme ou vous demander de régler votre achat par virement télégraphique. Assurez-vous de respecter les consignes et les conseils de sécurité des sites de petites annonces lorsque vous faites des achats ou mettez des articles à vendre en ligne. 


Ne cliquez pas sur les annonces faisant la promotion des options binaires. Les options binaires sont illégales au Canada. Ne vous fiez pas aux sites de placements en ligne qui promettent des gains considérables en peu de temps. Il pourrait s’agir de sites factices créés à des fins frauduleuses où vous devez fournir les renseignements de votre carte de crédit pour déposer des fonds dans votre compte de négociation de titres. Mais en fait, aucune transaction n’est effectuée. Les fraudeurs se contentent d’empocher votre argent. 


Les fraudeurs beaux parleurs


Les fraudeurs utilisent plein d’artifices pour vous prendre par surprise. Restez sur le qui-vive lorsque vous observez ces signaux d’alarme. 


« C’est un secret! »  Le fraudeur ne veut pas que vous en parliez à quelqu’un parce qu’il craint que cette personne vous avertisse que la proposition est frauduleuse. Si quelqu’un vous dit de garder une proposition secrète, mettez-y immédiatement le holà! Ne lui donnez pas de l’argent. Et signalez la fraude


« Il n’y a aucun risque! » « Doublez votre argent en un rien de temps! », « Enrichissez-vous en travaillant à la maison! » « Gains garantis! » Si vous entendez cela, méfiez-vous. Si on vous offre la chance de faire fortune rapidement, partez au plus vite. 


« Ne laissez pas passer votre chance! » Personne n’aime rater une belle occasion. Les fraudeurs profitent de cette peur pour faire pression sur vous et vous amener à prendre une décision sur le coup, sans vous laisser le temps d’y réfléchir. 


« Tout le monde le fait! »  Les fraudeurs aiment aussi exploiter les relations de confiance que vous avez établies avec vos amis et vos proches pour vous approcher. La fraude par affinité (aussi appelée « fraude parmi les amis ») profite de cette confiance et de la peur de ne pas être à la hauteur, financièrement parlant. Les fraudeurs ciblent les groupes unis, comme les communautés religieuses ou ethniques, en trouvant un moyen de s’y faire accepter et de gagner la confiance des membres afin de les arnaquer. Les réseaux sociaux sont la nouvelle porte d’entrée empruntée par les fraudeurs pour cerner leurs victimes éventuelles.



La fraude par affinité

Avec toutes les mauvaises nouvelles qui font les manchettes, bien des gens se demandent  « Mais à QUI peut-on faire confiance? ». Cela est particulièrement vrai quand il s’agit d’investir de l’argent. Si vous ne prenez pas le temps de faire des recherches au sujet d’un placement ou de la personne qui le vend, vous courez davantage de risques de devenir victime d’une fraude.
 
Le fonctionnement d’une fraude par affinité
La fraude par affinité se produit lorsqu’un escroc cible un groupe très uni comme une association, un syndicat, un cercle, un réseau social en ligne ou une communauté ethnique ou religieuse. Les fraudeurs profitent de notre tendance instinctive à faire confiance aux gens qui nous ressemblent.
 
Le fraudeur peut être un membre du groupe
« Vous pouvez me faire confiance », assure le fraudeur. « Je suis comme vous. Nous sommes du même milieu et nous avons les mêmes intérêts. Et je peux vous aider à faire de l’argent. »
 
Le fraudeur peut être un étranger qui profite de la confiance que vous inspirez aux autres membres du groupe
« L’affaire doit être légitime puisque mes amis se sont laissés convaincre. Je devrais me dépêcher pour ne pas manquer le bateau!  Ça semble être une opportunité formidable !»
 
Si le fraudeur ne fait pas partie de votre groupe, il peut tenter d’intéresser à son escroquerie ceux qui en font partie en cultivant des relations avec des membres importants du groupe pour se faire accepter. L’escroc commence par vendre son « placement » à quelques membres influents avant d’en faire la promotion auprès des autres, en tirant profit de la confiance qu’inspirent ces membres influents. L’effet est le même. Une fois que le rapport au groupe est compris, les mécanismes de défense s’évaporent et le fraudeur peut ajouter un nom à sa colonne des ventes.
 
Comment éviter la fraude par affinité

  • Faites toujours vos recherches avant de vous départir de votre argent dans un investissement. Ces conseils vous aideront à reconnaître et à éviter une fraude par affinité avant que votre argent tombe dans de mauvaises mains.
 
  • Méfiez-vous de quelqu’un qui cite les noms ou les témoignages d’autres membres du groupe. Les fraudeurs paient souvent des taux de rendement élevés aux premiers investisseurs à même l’argent versé par les gens qu’ils recrutent ensuite. Étant donné les profits juteux qu’ils pensent encaisser, les premiers investisseurs débordent parfois d’enthousiasme pour un placement frauduleux qui peut totalement s’effondrer une fois que vous aurez investi.
 
  • Obtenez toujours autant d’information par écrit que possible au sujet de l’investissement, y compris les risques et les coûts de l’investissement et ce que vous devrez faire pour récupérer votre argent.
 
  • Demandez à un spécialiste qui ne fait pas partie de votre groupe, comme un comptable, un avocat ou un conseiller financier, d’évaluer le placement.
 
Vous pouvez communiquer avec la Commission avant d’investir de l’argent. Nous pouvons vous donner de l’information sur le vendeur et son entreprise, et vous indiquer s’ils sont inscrits pour vendre des placements dans la province. S’ils ne sont pas inscrits, vous devriez assurément faire d’autres démarches pour vous renseigner davantage.
 
Pour éviter une escroquerie, ne croyez pas le vendeur sur parole, peu importe de qui il s’agit.  Faites vous-même des recherches au sujet du placement qu’il vous propose.  


Options binaires


ALERTE À LA FRAUDE
Toutes les options binaires qui ciblent les Néo-Brunswickois sont illégales. Aucune personne physique ni entreprise n’est inscrite pour vendre ces options dans la province. De plus, la FCNB s’est jointe à d’autres membres des Autorités canadiennes en valeurs mobilières en décembre 2017 afin de mieux protéger les investisseurs et d’interdire les options binaires. Bon nombre d’entre elles sont des arnaques dans des pays étrangers qui disposent de peu de réglementation en matière de finances, voire aucune. Une fois que l’argent est envoyé à l’extérieur du Canada, il est pratiquement impossible de le récupérer.

Ces plateformes de négociation reposent sur des logiciels semblables à ceux des sites de casino et de jeux de hasard. Puisque les escrocs peuvent manipuler les résultats d’un pari en coulisse en tout temps et de la façon dont ils le souhaitent, ils gagnent toujours. Même si vous avez l’impression de gagner de l’argent quand vous utilisez un site à options binaires, en réalité, il est impossible de sortir cet argent de là. Puisque les exploitants de sites à options binaires perdent si leurs utilisateurs gagnent, il est facile d’en comprendre les raisons.

Évitez les options binaires à tout prix. Comme le veut le dicton, quand vous jouez, la banque gagne toujours, et c’est effectivement le cas de la négociation frauduleuse d’options binaires en ligne.
Cliquez pour agrandir l'image



 
 

Qu’est-ce qu’une option binaire?
Une option binaire ressemble à un pari. Un investisseur « mise » sur l’augmentation ou la diminution de valeur d’un bien, comme une action ou une devise étrangère, pendant une période très courte (aussi peu que quelques minutes). Si l’investisseur devine juste, il reçoit un montant prédéterminé. Mais s’il se trompe, il perd tout. Comme dans un jeu de hasard, c’est tout ou rien.

Comment fonctionnent les arnaques liées à des options binaires?
Les auteurs d’arnaques liées à des options binaires trouvent leurs victimes dans les annonces passées dans les médias sociaux, sur les sites Web,  dans les programmes de clavardage, dans des messages textes ou des appels téléphoniques non sollicités.  L’argumentaire de vente offre une occasion extraordinaire d’investir de l’argent facilement et d’obtenir un rendement rapidement.  

Ils vous diront que les options ne posent aucun risque, ce qui n’est pas vrai.  

Un soi-disant « opérateur spécialisé » lit un texte et utilise des techniques de vente sous pression pour vous faire ouvrir un compte sur son site Web.  Une fois votre compte créé, il vous attire avec de l’argent « gratuit » pour que vous commenciez à effectuer des opérations.  Ensuite, il vous fait « investir » votre propre argent à l’aide d’une carte de crédit, d’une carte prépayée ou d’un transfert de fonds.  

Les options binaires ressemblent à des jeux de hasard.  Vous pariez sur l’augmentation ou la diminution de valeur d’un bien pendant une période fixe (et souvent très courte), parfois des minutes  et même des secondes.  Une fois cette période écoulée, vous recevez un paiement ou vous perdez la mise. Toutefois, la vaste majorité du temps, il n’y a eu aucune opération.  Le « courtier » ou « opérateur spécialisé » (c.-à-d. l’arnaqueur) a tout simplement empoché votre argent dès le départ.  

Habituellement, les options binaires sont échangées dans des délais extrêmement courts, ce qui accroît considérablement les risques. Même pour des investisseurs bien avertis, il peut être difficile de prévoir si le cours des actions d’une entreprise publique augmentera ou diminuera dans quelques minutes. Les options binaires aussi rapides qui sont gagnantes et perdantes se produisent très vite. Vous « gagnez » toujours au début, pour que vous leur fassiez confiance, mais, dans la plupart des cas, vous n’investissez jamais vraiment votre argent et aucune opération n’a lieu.  

Même si vous « remportez » la mise, vous ne pourrez pas retirer l’argent de votre compte parce que l’arnaqueur l’aura déjà encaissé. Il trouvera des prétextes pour vous expliquer que vous ne pouvez pas retirer votre argent ou fermer votre compte. Il vous poussera à investir encore plus. Toutefois, à la fin de la journée, il s’agira d’une arnaque et votre argent se sera envolé. Au bout du compte, s’il pense que vous avez flairé l’arnaque, l’« opérateur » mettra un terme à toute communication avec vous.  Il peut même utiliser votre carte de crédit ou les renseignements personnels que vous avez fournis pour avoir accès à d’autres fonds avant de disparaître pour de bon.  

Les victimes d’arnaques liées à des options binaires ont vu les économies de toute leur vie s’envoler, elles ont perdu leurs REER et l’argent destiné aux études postsecondaires.  Ne vous laissez pas duper : la vente d’options binaires à des Néo-Brunswickois est interdite et il est fort probable que vous ne reverrez pas votre argent. Les répercussions de la fraude sur les victimes et les membres de leur famille sont désastreuses.  Les victimes subissent des pertes financières, dont il ne faut pas sous-estimer l’incidence négative sur la santé mentale, physique et émotionnelle.

La négociation d’options binaires est-elle légale?
En décembre 2017, la FCNB s’est jointe à d’autres membres des Autorités canadiennes en valeurs mobilières afin de mieux protéger les investisseurs et d’interdire les options binaires. L’interdiction signifie ce qui suit :

  • Les options binaires d’une durée de moins de 30 jours ne peuvent pas être vendues à des personnes physiques au Canada
  • Les options binaires d’une durée de moins de 30 jours ne peuvent pas être vendues par des sociétés constituées uniquement dans le but d’acheter, de vendre ou de négocier des options binaires

Une option binaire entre dans la définition d’un « dérivé » en vertu de la Loi sur les valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick et les parties qui en vendent à des résidents de la province doivent être inscrites. Or, aucune entreprise ou personne n’est inscrite pour vendre des options binaires au Nouveau-Brunswick. Même si celles qui prétendent vendre une occasion de placement légitime ciblent des Néo-Brunswickois, il est illégal de vendre des options binaires à ces derniers sans être inscrit pour le faire auprès de la FCNB. Renseignez-vous au sujet des règles relatives aux licences et à l’inscription au Nouveau-Brunswick.

Que devrais-je faire?
  • Évitez les options binaires à tout prix. La vente d’options binaires non enregistrées à des Néo-Brunswickois est illégale. Vous perdrez votre argent. Beaucoup de « plateformes de négociation » sont exploitées à partir de serveurs situés à l’étranger, ce qui signifie que l’argent sort du Canada. Par conséquent, il est pratiquement impossible de recouvrer son argent.
  • Si vous croyez être victime d’une arnaque liée à des options binaires, communiquez avec votre banque, annulez votre carte de crédit immédiatement et signalez l’arnaque à la FCNB.
  • Ne divulguez jamais de renseignements personnels de nature délicate en ligne ou au téléphone à une entreprise ou une personne que vous ne connaissez pas.



Rappelez-vous que ces fausses plateformes de négociation ne sont que des systèmes de jeux déguisés, manipulés par des arnaqueurs.  Et les arnaqueurs ne sont pas des opérateurs ou des courtiers légitimes.  

Les occasions de placement légitimes sont accompagnées de documentation sur les coûts et les risques possibles, ainsi que d’autres renseignements importants dont les investisseurs ont besoin pour prendre une décision éclairée.  Vous pouvez voir un historique des opérations et des renseignements sur un investissement légitime.  Ces occasions sont réglementées et supervisées par des organismes qui sont là pour protéger les investisseurs et veiller à ce qu’ils soient traités de manière équitable. Les arnaques liées à des options binaires ne s’accompagnent d’aucune de ces mesures de protection.

Tout investissement comporte un certain risque. Ne vous laissez pas duper par des arguments alléchants qui prétendent que vous deviendrez riche rapidement et facilement : vous y perdrez au bout du compte.  



Les opérations de vente sous pression

Ce qu’elles sont et comment les repérer
 
Avez-vous reçu un appel téléphonique d’un étranger vous proposant une occasion d’investissement? Il pourrait s’agir d’une opération de vente sous pression. Voici les points importants à garder à l’esprit et des conseils pour vous protéger.
 
Comment les opérations de vente sous pression fonctionnent-elles?
Une équipe de fraudeurs met sur pied un bureau improvisé, appelé local de vente sous pression («boiler room»), puis procède par étapes. Les fraudeurs trouvent d’abord leurs victimes potentielles. Ils peuvent réaliser un faux sondage pour connaître votre expérience en matière d’investissement, vous offrir des recherches ou vous soutirer de l’information, comme votre adresse postale, votre numéro de téléphone et votre adresse électronique.
 
Ensuite, un autre membre de l’équipe vous appelle pour faire son boniment, souvent à plusieurs reprises. Il peut vanter une idée d’affaires qui paraît vraisemblable, habituellement dans un secteur qui fait l’actualité. Le hic, c’est que le placement n’existe peut-être pas. C’est une opération de vente sous pression.
 
Le temps que vous vous rendiez compte de la supercherie, le fraudeur aura déjà fermé boutique et monté un autre stratagème. Vous ne récupérerez probablement jamais votre argent. Ces réseaux de fraudeurs sont extrêmement bien organisés. Ils partagent entre eux leurs listes de victimes ou se les revendent.
 
Ce dont il faut vous méfier
Les fraudeurs peuvent personnaliser leur boniment en fonction de ce qu’ils savent de votre situation personnelle ou de vos investissements. Ils utilisent fréquemment les arguments suivants :
 
Vous avez été sélectionné : L’escroc déclare qu’il s’agit d’une offre exclusive qui n’est pas faite au grand public.
 
Vous allez faire des profits mirobolants en prenant des risques minimes : Le fraudeur affirme qu’il s’agit d’un placement sûr dont le rendement est très élevé. Cependant, les véritables placements comportent des risques. Si on vous promet un rendement élevé sur un placement sans risque, il s’agit probablement d’une arnaque.
 
C’est une offre à durée limitée : Le fraudeur peut vous dire que si vous investissez dès maintenant, vous pourriez faire fortune. Vous ne devriez jamais vous sentir obligé d’investir sur-le-champ. Quiconque vous vend un placement devrait prendre le temps de vous connaître et de cerner vos objectifs d’investissement afin de s’assurer que le placement vous convient.
 
Envoyez de l’argent dès maintenant : On vous incite à envoyer un chèque immédiatement ou à virer de l’argent à l’étranger. Le fraudeur peut même vous fournir une facture d’apparence officielle pour votre placement ainsi qu’une enveloppe prépayée d’un service de messagerie pour envoyer votre chèque. Si vous envoyez de l’argent à l’étranger, il peut être difficile de le retracer et impossible de le récupérer.
 
Qui est à risque?
Les fraudeurs ne font pas de discrimination : quiconque a de l’argent à investir peut en être victime.

Selon les recherches effectuées :
  • plus de la moitié des victimes de fraude ont plus de 50 ans;
  • les victimes sont souvent des investisseurs aguerris.
 
Les investisseurs aguerris tendent à prendre davantage de risques. Ils ont également davantage tendance à prendre des décisions d’investissement sans demander l’avis d’un conseiller financier.
 
Comment vous protéger
La meilleure façon de vous protéger est de rompre la communication. Voici d’autres façons de vous protéger :
 
Ne donnez pas de renseignements personnels : Vous ne connaissez pas la personne au bout du fil et ne savez pas ce qu’elle compte faire des renseignements qu’elle vous demande.
 
Renseignez-vous sur le placement : Les fraudeurs peuvent vous inviter à consulter le site Web de la société. Ils peuvent aussi vous indiquer un numéro d’appel sans frais et une adresse d’affaire qui donnent à la société une apparence de légitimité. Or les renseignements figurant sur le site pourraient être complètement faux.  Vous devriez vous renseigner à d’autres sources, par exemple les documents d’information publique disponibles à l’adresse www.sedar.com et les communiqués des agences de nouvelles, dont CNW Telbec, à l’adresse www.cnw.ca/fr. Ou encore vous pouvez rechercher la location de leurs bureaux sur Google Street View et vérifier si la société semble légitime.
 
Vérifiez l’inscription et les qualifications professionnelles : Quiconque tente de vous vendre un placement ou de vous donner des conseils d’investissement doit être inscrit, sauf s’il bénéficie d’une dispense. Communiquez avec nous pour savoir si une personne ou une société est inscrite et si elle a déjà fait l’objet de sanctions.
 
Si vous pensez que c’est une fraude, veuillez nous le signaler!
 
Les victimes de vente sous pression risquent fort d’être sollicitées de nouveau. Les fraudeurs emploient habituellement l’une des deux tactiques suivantes :
 
La prise de contrôle
Le fraudeur affirme qu’une société a fait une offre d’achat des actions que vous détenez et que vous pourriez réaliser un profit mirobolant sur votre placement antérieur.
 
Il peut vous demander de faire un dépôt « remboursable » ou d’acheter davantage d’actions pour profiter de cette offre. Dans les deux cas, si vous envoyez encore de l’argent, vous le perdrez probablement aussi.
 
Le remboursement des sommes perdues en échange du paiement de frais
Le fraudeur vous appelle et admet que votre investissement est perdu en totalité ou en partie, mais qu’il peut vous aider à récupérer votre argent –en échange du paiement de frais.
 
Malheureusement, si vous payez vous perdrez vraisemblablement cet argent aussi.
 
Vous pouvez éviter les opérations de vente sous pression si vous savez comment les repérer.  Communiquez avec votre conseiller financier avant de prendre toute décision en matière d’investissement.

2015 © Commission des services financiers et des services aux consommateurs