Pour ce que ça vaut

id = "FBMainForm_37818202" action="/Pour-ce-que-ca-vaut.html" method = "post" onsubmit = "return false" >
Pour ce que ça vaut Search  

 
Semaine de la chasse aux soldes
by FCNB-Fr on 


Semaine de la chasse aux soldes

ATTENTION À TOUS LES CHASSEURS DE SOLDES!

La période du 6 au 12 août correspond à la semaine nationale de la chasse aux soldes aux États-Unis, et, comme nous adorons les bonnes affaires, nous avons pensé nous joindre à la célébration! Le personnel de la FCNB a le génie des bonnes affaires, donc nous vous faisons part de leurs meilleurs conseils de magasinage pour faire de bonnes affaires ce côté-ci de la frontière!

Achat d’articles d’occasion et achats en ligne

Marissa :
    • « Inscrivez-vous à un groupe local de non-achat sur Facebook. Le principe est simple – rien n’est acheté ni vendu. C’est un endroit où les gens peuvent offrir les articles qu’ils n’utilisent plus. J’ai utilisé mon groupe local pour trouver des cadeaux de Noël et de la verrerie antique et faire don de nombreuses choses que je n’utilise plus. (Chasse aux soldes ET désencombrement? Je m’inscris!) »

« Ce qui est bien, c’est qu’on peut emprunter des articles à ces groupes, par exemple ce moule à gâteau de forme particulière que vous n’utiliserez qu’une seule fois et que vous ne voulez pas acheter. »

Deb :
    • « Tous les cadeaux de nos jeunes enfants sont des articles d’occasion. Dès le début de la saison des ventes-débarras, je pars à la chasse aux soldes dans notre quartier. Cette année, j’ai trouvé deux énormes sacs de Magformers qui se vendent habituellement environ 60 $. J’ai acheté les sacs pour 5 $. J’ai aussi trouvé des planches à roulettes d’occasion pour mes jumeaux. »

    • « En règle générale, si je cherche un article, je m’informe auprès de mon réseau d’amis ayant des enfants plus âgés pour savoir s’ils ont ce que je cherche. »

Étienne :
    • « Achetez vos vêtements dans les magasins d’occasion. »

Catherine :
    • « On trouve toutes sortes de fournitures scolaires dans les magasins d’articles d’occasion, y compris des sacs à dos. J’ai acheté un sac à dos de marque LL Bean chez Value Village, et même si ce n’est pas moi qui l’ai acheté neuf, LL Bean a respecté sa garantie à vie et réparé la fermeture éclair lorsqu’elle s’est brisée trois ans plus tard. »

    • « Organiser des échanges de vêtements avec nos amies est une excellente façon de regarnir notre placard et de nous débarrasser des vêtements qui ne nous vont plus ou qui ne sont plus à notre goût. Ce conseil recèle des avantages supplémentaires : c’est gratuit et c’est mieux pour l’environnement. »

Catherine et Deb recommandent toutes deux les groupes en ligne, notamment Kijiji et Facebook Marketplace, en tant qu’excellentes ressources pour acheter des articles d’occasion à une fraction du prix.

Avant de faire des achats en ligne, suivez les conseils ci-dessous pour éviter de vous faire arnaquer :
  • Dans la mesure du possible, faites affaire avec des vendeurs et des acheteurs avec qui vous avez traité dans le passé ou que vos amis connaissent.
  • Évitez les transactions avec des acheteurs et des vendeurs de l’extérieur de votre localité.
  • Ne faites pas le paiement avant de passer prendre l’article.
  • Négociez tout échange avant de passer prendre l’article.
  • Posez des questions sur le produit avant d’aller le voir. Demandez si toutes les pièces sont présentes et si l’article est en bon état.
  • Prenez le temps de vous familiariser avec les termes utilisés en ligne pour savoir ce que les gens annoncent : PPU = pending pick-up (en attente du ramassage), EUC = excellent used condition (article d’occasion en excellent état), NWOT = new without tags (neuf sans étiquette), etc.
  • Rencontrez la personne dans un lieu public et apportez le montant exact en espèces.
  • S’il est impossible de rencontrer la personne dans un lieu public (p. ex. le produit que vous achetez est trop gros), demandez à quelqu’un de vous accompagner.

Magasinage saisonnier

Deb fournit d’excellentes idées pour le magasinage saisonnier et la rentrée scolaire :
    • « Quand on achète certains articles hors saison, on peut les obtenir à prix réduit. J’achète à l’avance des vêtements d’une taille plus grande pour la rentrée scolaire, et je les mets de côté. On peut aussi acheter l’insectifuge, l’écran solaire et les maillots de bain à très bon prix hors saison. Les prix peuvent toutefois augmenter vers la fin de l’hiver et au début du printemps, quand la plupart des gens s’envolent vers le Sud. »

    • « Profitez des soldes qui suivent les occasions spéciales pour faire des achats en vue de la prochaine année. Cette année, par exemple, deux semaines après la fête du Canada, j’ai acheté des t-shirts d’une taille plus grande que mes enfants pourront porter l’an prochain. »

    • « Je consulte toujours le site des magasins que j’aime sur Internet, et quand les soldes d’été commencent, j’en profite pour acheter des cadeaux de Noël. En vous inscrivant aux bulletins et aux notifications, vous pouvez profiter des annonces et des soldes. »

    • « À la fin de la saison, il est bon de faire le tour des kiosques saisonniers, comme les kiosques à fruits. Vous pouvez habituellement acheter ces produits à très bas prix. Au Pumpkin Patch de notre localité, par exemple, les caisses de pêches se vendaient à 6 $, ce qui est parfait pour la mise en conserve ou la congélation. »

    • « Prenez le temps d’entrer dans les magasins qui font des rénovations. Comme la plupart de leurs stocks doivent être déplacés, ils essaieront de les écouler au lieu d’avoir à les déplacer. »

    • « Le Vendredi fou est une excellente journée pour faire de bonnes affaires. »

    • « Après Noël, je profite des soldes d’après les fêtes pour acheter des cadeaux, comme des jouets, des vêtements pour bébé, etc. »

Voici les conseils de Catherine :
    • « Établissez des liens d’amitié avec les fermiers de votre marché local. Si vous faites vos courses à la fin de la journée, certains vous donneront leurs produits pour une fraction du prix (car s’ils ne les vendent pas, ils les jettent!). »

    • « Achetez en vrac. Cela vaut la peine pour les fournitures scolaires. Vous pouvez, par exemple, acheter une boîte de 48 crayons et la partager avec quatre autres familles. »

    • « Achetez des aliments démarqués. Si vous avez des aliments qui sont à la veille de se gâter, vous pouvez organiser un souper entre amis pour les utiliser. Cuisiner des aliments savoureux entre amis pour éviter de les gaspiller est une excellente façon de passer du temps avec les autres. »

Lisa offre des conseils semblables pour les achats en vrac et les aliments démarqués. Voici ses conseils :
    • « Pour moi, il y a un conseil qui ressort nettement : faire l’épicerie à la fin de la journée. Les articles sont souvent démarqués, et la date de péremption n’est pas encore dépassée, donc l’aliment est encore bon et vous pouvez le congeler en vue de le décongeler plus tard. »

    • « Achetez les fournitures que vous utilisez souvent (essuie-tout, mouchoirs de papier, etc.) en vrac lorsqu’elles sont en solde. Je consulte les prospectus une fois par semaine pour voir lequel des articles qu’on achète souvent est en solde (il semble toujours y avoir un article en solde quelque part chaque semaine) et je m’approvisionne en faisant mon épicerie. Je garde un fonds qui me permet d’acheter ces articles de façon avisée, et j’ai ainsi toujours un surplus. Il faut acheter chaque article quelques fois pour se faire une réserve, mais une fois qu’on l’a, on n’a plus à s’inquiéter d’en manquer ou à en acheter par nécessité. Je fais une bonne affaire, et je gagne sur tous les plans. »

En ce qui concerne les prospectus, Janique mentionne que l’application mobile Flipp l’aide à respecter les limites du budget de sa famille en profitant des soldes. Flipp et d’autres applications semblables font une recherche des prospectus de votre région par marque, article ou catégorie et trouvent les meilleurs prix pour les articles qu’il vous faut.

Pour terminer, Andrew, notre voix pragmatique de la raison, écrit ce qui suit :
    • « Vous savez, la meilleure affaire est la recherche. Vous devez connaître le juste prix de l’article dont vous avez besoin. Très souvent, nous voyons des articles sur Kijiji, à une vente-débarras ou chez Marden et nous pensons qu’ils nous seront utiles. Ces achats impulsifs ne sont pas fondés sur une recherche efficace. Nous achetons impulsivement des articles dont nous n’avons pas besoin et que nous ne voulons plus après quelque temps. Ce ne sont pas de bonnes affaires après tout, peu importe le prix que nous payons.

Une véritable bonne affaire, c’est acheter ce dont on a réellement besoin à un juste prix lorsqu’il est utile d’en être propriétaire. »



Comments     Permalink     Add Comment

Comment étirer son budget quand on est étudiant
by FCNB-Fr on 

Comment étirer son budget quand on est étudiant

La vie d’étudiant n’est pas de tout repos. On a pas mal de responsabilités sur les épaules et cela peut être très stressant. Bien réussir les travaux scolaires, occuper un emploi à temps partiel, gérer son temps et son argent, ce n’est pas évident! 

Les soucis financiers sont bien souvent source de stress. La gestion des finances personnelles est parfois une source de tracas, mais ces tracas peuvent être évités. Il y a plusieurs façons d’économiser de l’argent et d’atténuer le stress lié aux soucis financiers. En voici quelques exemples pertinents pour les étudiants :

  • Présentez autant de demandes de bourses et de subventions que possible. Chaque année au Canada, plus de 5 millions de dollars en bourses d’études ou en subventions ne sont pas réclamés. Cette somme correspond aux frais de scolarité annuels d’environ 700 étudiants.

  • Établissez un budget à l’aide de notre grille budgétaire pour les étudiants. Tenez compte du montant d’argent dont vous disposez, de vos dépenses fixes et de ce que vous pouvez vous permettre de dépenser. Avec ces informations en main, établissez un budget hebdomadaire pour les dépenses récurrentes comme l’épicerie. 

  • Achetez des livres usagés ou empruntez-les à la bibliothèque. De nombreuses universités ont une page Facebook où les étudiants peuvent vendre leurs livres usagés ou bien afficher une annonce pour trouver les livres dont ils ont besoin. C’est aussi une bonne idée de demander aux professeurs si la version précédente d’un livre convient toujours au cours qu’il donne. Vous pourriez économiser beaucoup d’argent en achetant des livres usagés plutôt qu’en acheter de nouveaux.

  • Ne faites jamais l’épicerie sur un estomac vide. Sinon, vous risquez de dépenser beaucoup plus d’argent et de faire des achats spontanés qui grèveront votre budget.

  • N’achetez pas les articles de marques reconnues. La plupart des articles de marque sans nom contiennent les mêmes ingrédients et sont beaucoup moins dispendieux. C’est une très bonne façon d’économiser sans effort et sans trop se priver.

  • Limitez vos sorties au resto. La plupart des universités et des collèges offrent des forfaits repas. Renseignez-vous sur les forfaits qui répondent à vos besoins.

  • Si vous faites la plupart de vos achats dans un magasin en particulier, vous pourriez obtenir la carte fidélité de ce magasin. Certains magasins ont un programme de fidélisation qui permet aux abonnés de profiter d’escompte ou d’autres avantages.

Ce ne sont là que quelques exemples de solutions pour vous aider à économiser de l’argent et à mieux composer avec le stress lié aux études et aux soucis financiers. La plupart ne coûtent rien ou exigent peu d’effort de votre part. Alors, qu’attendez-vous pour commencer à économiser?



Comments     Permalink     Add Comment

Tel est pris qui croyait prendre
by FCNB-Fr on 

Tel est pris qui croyait prendre

*Le nom de l’employé a été modifié.

Tout a commencé par la vente d’un vélo sur le site de petites annonces Kijiji.

Puis, ce qui devait être une fraude s’est transformé en exercice visant à exposer la façon dont les fraudeurs utilisent la messagerie texte et les nouvelles fonctions bancaires pour extorquer de l’argent aux consommateurs.

Dans le cas qui nous occupe, James*, un employé de la FCNB, a échangé des messages textes avec un « acheteur potentiel » pendant près de neuf heures pour organiser la vente d’un vélo. Portez attention à l’heure affichée dans chacune des captures d’écran : vous verrez que les fraudeurs n’hésitent pas à investir temps et énergie dans leurs arnaques.

En l’occurrence, ce sont les efforts de James qui ont porté leurs fruits. L’an dernier, les fraudeurs comme celui qui a tenté d’escroquer James ont soutiré plus de 110 millions à la population canadienne. Les heures passées à démasquer ce fraudeur sont des heures où ce dernier n’a pas arnaqué quelqu’un d’autre.

Nous disions donc que tout a commencé sur le site Web Kijiji, où James a affiché une annonce afin de vendre son vélo. Peu de temps après, James a reçu un message texte d’une personne qui souhaitait acheter son vélo. L’arnaque? Cet acheteur potentiel se trouve à l’extérieur du pays et veut payer à l’aide d’un chèque certifié.



Comme il travaille au sein de notre Division de l’application de la loi, James a vite repéré le premier signal d’alarme.

Signal d’alarme no 1 : Les fraudeurs prétendent parfois qu’ils sont à l’extérieur du pays et demandent que le bien en vente leur soit expédié.

Il sait qu’il communique avec un fraudeur, mais il fait semblant de tomber dans le panneau.

Fait intéressant, le fraudeur demande à James de lui fournir son adresse afin qu’il puisse lui envoyer le chèque. À son grand amusement, James lui fournit son nom ainsi que l’adresse postale de la Commission des services financiers et des services aux consommateurs.



Le fraudeur, qui dit être originaire du Montana et s’appeler Edward Orcalos (probablement un faux nom), n’y voit que du feu.  C’est alors qu’il commence à dévoiler l’essentiel de l’arnaque.  Le fraudeur annonce qu’il enverra un chèque d’un montant plus élevé que le prix d’achat, et que l’argent supplémentaire devra servir à payer l’expéditeur.

Signal d’alarme no 2 : Les fraudeurs envoient un chèque ainsi qu’un paiement supplémentaire, c’est-à-dire un montant qui excède le prix demandé pour l’article qu’ils disent vouloir acheter.  Une fois que vous avez déposé le chèque qu’ils vous ont envoyé, ils vous demandent de faire parvenir le paiement supplémentaire à l’expéditeur de leur choix, par l’entremise de Western Union, de MoneyGram ou par virement bancaire. Puis ils vous fournissent les coordonnées de l’expéditeur. Même si le chèque qu’ils vous ont envoyé n’a pas encore été vérifié par l’institution financière ou déposé dans votre compte, vous venez de virer de l’argent de votre compte de banque à un « expéditeur ».

Dans le cas de James, le fraudeur dit qu’il enverra des photos du recto et du verso du chèque par courriel.  Il suggère ensuite à James de prendre des photos de chaque côté du chèque et d’utiliser son application de service bancaire itinérant afin de le déposer.

Un faux sentiment de victoire s’installe chez le fraudeur, qui devient avide. Avant d’envoyer les photos du chèque, le fraudeur informe James que l’expéditeur exige désormais 1 000 $ de plus et qu’il lui fera donc un chèque de 4 850 $, soit 1 200 $ pour le vélo, 3 600 $ pour les frais d’expédition et 50 $ pour avoir pris la peine d’organiser l’envoi avec l’expéditeur.

Puis il envoie des photos en format PDF du recto et du verso du chèque.



Signal d’alarme no 3 : La photo du recto du chèque montre que celui-ci a été émis par la Banque Laurentienne du Canada et celle du verso montre qu’il s’agit d’un chèque de la CIBC.

James fait aussitôt remarquer la différence entre les deux chèques au fraudeur, qui lui envoie une deuxième photo en format PDF du verso du chèque. Cette fois, le chèque arbore le logo de la Banque de Montréal. James souligne à nouveau l’erreur.



Signal d’alarme no 4 : Bien que l’acheteur ait affirmé vivre au Montana, un examen des métadonnées du document PDF de la photo du chèque a révélé que le PDF avait été créé dans un fuseau horaire à l’est de Londres.   

Enfin, le fraudeur envoie une photo du verso d’un chèque de la Banque Laurentienne, mais James dit avoir de la difficulté à le déposer, car l’image n’est pas suffisamment claire. Pour James, l’essentiel est de faire perdre du temps au fraudeur. Une heure plus tard, ce dernier envoie une autre image.  James continue de le mener en bateau, affirmant que la banque l’a prévenu de se méfier des fraudes en ligne, mais qu’elle prétend que son application est sûre, ce à quoi le fraudeur répond : « Très bien, je t’avais dit que c’était sécuritaire et sûr. »



Le fraudeur demande ensuite à James de lui fournir une preuve que le chèque a été déposé. Vif d’esprit, James rédige un faux message indiquant que le chèque a bien été déposé. Il prend ensuite une capture d’écran du message et envoie celle-ci au fraudeur par messagerie texte.

James poursuit sa propre escroquerie :  il prétend être allé à sa banque pour retirer le paiement supplémentaire de 3 600 $, mais affirme qu’on a refusé de lui remettre l’argent comptant et que la banque émettra plutôt une traite bancaire à l’ordre d’Edward Orcalos, soit le prétendu nom du fraudeur. Le fraudeur se sent alors frustré. Évidemment, il lui sera impossible de déposer un chèque émis au nom de quelqu’un d’autre. Il dit alors à James qu’il faut que le paiement supplémentaire soit en argent comptant. James suggère donc de lui virer l’argent par dépôt direct dans un compte bancaire. Au bout d’un certain temps, le fraudeur envoie un numéro de compte en banque à James.

C’est alors que James annonce au fraudeur qu’il l’a démasqué, près de neuf heures après le premier message texte. Quand le fraudeur se rend compte qu’il a perdu toute une journée à tenter d’escroquer l’employé de la FCNB pour une somme de 3 600 $, toutes les communications cessent.



James a signalé l’incident à la banque canadienne concernée et lui a dit avoir en main le numéro de compte d’un escroc. Il a également signalé la tentative de fraude au Service de police de Saint John. Et bien sûr, il s’est réjoui d’avoir fait perdre toute une journée à un fraudeur et de l’avoir empêché d’escroquer une autre personne.

« Pendant tout ce temps où il s'est acharné sur mon cas, il n'escroquait personne d’autre », a conclu James.

Lorsque vous vendez ou achetez des articles sur des sites de petites annonces, portez attention aux signaux d’alarme suivants :
  • Méfiez-vous des acheteurs qui vous envoient un montant plus élevé que le prix demandé. Si vous recevez un chèque ou un mandat postal dont le montant est plus élevé que le prix dont vous avez convenu, refusez le paiement.
  • N’envoyez jamais d’argent à un tiers.
  • Au lieu d’un chèque ou d’un mandat postal, demandez à recevoir un chèque certifié ou mieux encore, un paiement électronique, comme un virement par courriel.  De cette manière, les fonds sont déposés dans votre compte et sont aussitôt garantis.
  • Rencontrez le vendeur ou l’acheteur en personne afin de bien inspecter le produit puis procédez au transfert d’argent. Donnez rendez-vous à cette personne dans un endroit public.

Vous pouvez également :



Comments     Permalink     Add Comment

Noël en juillet
by FCNB-Fr on 


C’est le plus joyeux temps de l’année…

Holà, en juillet? Ai-je bien entendu? Oui, il est temps de penser à Noël!

Pas si vite! Laissez-nous le temps de vous expliquer pourquoi il est temps de songer aux préparatifs du temps des Fêtes.

Sondage, ô sondage!

Selon un sondage mené en décembre 2017(1), la moitié des Canadiens s’attend à dépenser plus que prévu pendant les fêtes de fin d’année. Par ailleurs, 59 % des Canadiens utiliseront leur carte de crédit pour combler leur déficit budgétaire, même si la plupart estiment avoir perdu le contrôle des dépenses de Noël et préféreraient économiser de l’argent. 

En commençant vos préparatifs dès maintenant, il vous sera plus facile de contrôler vos dépenses et d’éviter l’endettement pendant le temps des Fêtes. ET vous pourrez commencer la nouvelle année du bon pied, financièrement parlant. Personne n’aime recevoir une facture salée de sa carte de crédit en janvier !

La bonne nouvelle est que nous avons une vidéo qui donne des conseils pratiques pour vous aider à planifier les dépenses de Noël.



En voici un survol rapide :

  1. Connaître ses limites : Parlez-en avec vos amis et vos proches pour déterminer ce que chacun est prêt à dépenser pour acheter des cadeaux. C’est vraiment important, car cela vous aidera à déterminer combien d’argent vous aurez à mettre de côté pour ces dépenses.   
  2. Faites comme le père Noël : Faites une liste des personnes à qui vous souhaitez offrir un cadeau et déterminez combien vous allez dépenser pour offrir ou confectionner ces cadeaux. Cela sera aussi utile pour les bricoleurs ambitieux.  Si vous envisagez d’offrir une couverture crochetée à votre mère, vous ne voulez pas vous y mettre le 23 décembre !
  3. N’attendez pas de faire tout votre magasinage en décembre : Si vous avez une idée du cadeau que vous aimeriez offrir à certaines personnes, restez à l’affut des aubaines tout au long de l’année et achetez des cadeaux au fur et à mesure. Vous éviterez ainsi les foules du centre commercial en décembre, et vous pourrez vous installer confortablement dans votre canapé moelleux et siroter un bon chocolat chaud pendant qu’il neige dehors.
  4. N’oubliez pas d’inclure les autres dépenses : Tenez compte des dépenses pour le papier d’emballage, le coût de l’essence pour aller visiter la famille, l’épicerie, les collations et boissons si vous recevez des gens chez vous, le sapin de Noël et la livraison de cadeaux par la poste — songez à toutes ces menues dépenses que vous aurez à faire pendant les Fêtes. Elles s’accumulent. 

Une fois le montant final calculé, divisez-le par le nombre de semaines qu’il reste d’ici Noël. Le résultat est le montant que vous aurez à mettre de côté chaque semaine pour votre budget des Fêtes.

Avez-vous trouvé ces conseils utiles? Ce ne sont pas les bonnes idées qui manquent. En voici d’autres :


1 Selon un sondage mené en 2017 par la Banque CIBC.


Comments     Permalink     Add Comment

Pourquoi il ne faut pas faire des commentaires en réponse aux questions nostalgiques sur les réseaux sociaux
by FCNB-Fr on 




Pourquoi il ne faut pas faire des commentaires en réponse aux questions nostalgiques sur les réseaux sociaux

Si vous allez le moindrement sur les médias sociaux, particulièrement sur Facebook, vous avez sûrement déjà vu une photo de ce genre :
 


Probablement que des centaines, voire des milliers de personnes, ont commenté la photo. « Bien sûr que je m’en souviens! C’était ceci! » On ne peut pas résister à la nostalgie. Ça semble inoffensif n’est-ce pas? Vous vous trompez.

Communiquer des renseignements personnels en ligne, même s’ils semblent anodins ou inutiles, peut ouvrir la porte aux fraudeurs.

Imaginez que vous êtes un escroc et que vous essayez d’accéder en ligne au compte de banque d’un étranger, mais que vous ne disposez que de son nom. Aucun problème. Vous pouvez consulter sa page Facebook. Souvent, il suffit d’un peu de temps et de recherche pour obtenir de nombreux renseignements comme votre adresse courriel, le nom des animaux de compagnie de votre enfance et celui vos proches, les écoles que vous avez fréquentées, vos meilleurs amis et même la date d’événements importants comme votre mariage ou la naissance de vos enfants. Ce sont tous des renseignements que vous avez peut-être utilisés comme questions de sécurité pour votre profil bancaire en ligne.

Vous vous dites peut-être « Je sais bien qu’il ne faut pas publier ces informations en ligne. » Si c’est le cas, tant mieux! Mais est-ce que vos amis sont aussi prudents? Est-ce qu’ils vous ont identifié sur des photos disant que vous étiez leur meilleur ami? Est-ce que leur profil indique la ville où ils ont grandi et leur école secondaire? Est-ce que votre mère affiche son nom de jeune fille?

Si tous ces renseignements sont disponibles, ça ne prendrait pas beaucoup de temps à un fraudeur pour en apprendre beaucoup à votre sujet et utiliser ces renseignements pour essayer d’accéder à votre argent durement gagné.

Les commentaires sur des photos comme celle du téléphone permettent aux escrocs d’en savoir plus sur vous. L’agent Sebastien Lee, du service de police régional de Kennebecasis, nous met en garde.

« Certains croient que les tendances de l’heure sont simplement amusantes. Par exemple, écrire le nom de la rue où vous avez grandi, votre date de naissance ou votre numéro de téléphone, a observé M. Lee. Mais si vous publiez en ligne des renseignements personnels, il est vraiment facile pour un étranger de vous trouver et d’en apprendre encore davantage sur vous. Grâce à un numéro de téléphone ou à un nom de jeune fille, nous pouvons facilement trouver quelqu’un sur Internet. »

M. Lee avait également un excellent exemple de la rapidité à laquelle ces renseignements personnels peuvent se propager en ligne.

« Il y a un an, j’ai publié une photo de moi sur la page Facebook du service de police régional de Kennebecasis. Je demandais aux gens de partager ma photo sur leurs réseaux sociaux. En moins de 24 heures, plus de 6 400 personnes avaient partagé ma photo et elle avait été vue par plus de 200 000 personnes sur Facebook. Un an plus tard, il y avait plus de 10 500 partages et plus de 350 000 personnes avaient vu ma photo. Elle a été partagée partout dans le monde.

L’Internet est un outil extraordinaire, mais les gens doivent réaliser que lorsqu’ils publient quelque chose, ils en perdent le contrôle dès qu’ils cliquent sur Publier. »

Notre conseil? Mettez votre chapeau de détective et regardez votre profil en ligne avec les yeux d’un fraudeur. Vous trouverez peut-être une lacune facile à corriger. Vous pouvez également revoir vos paramètres de confidentialité pour trouver un moyen de rendre votre compte de média social plus sécuritaire.

Profitez-en pour consulter nos conseils en matière de cybersécurité et abonnez-vous à nos Alertes à la fraude.



Comments     Permalink     Add Comment

Comment profiter au maximum de votre premier emploi d’été
by FCNB-Fr on 

Comment profiter au maximum de votre premier emploi d’été


L’avenir nous rattrape rapidement, surtout lorsqu’on est un étudiant qui épargne en vue de ses études universitaires. C’est une chose d’avoir un emploi d’été, c’en est une autre d’en tirer profit. Une façon d’alléger le fardeau des responsabilités adultes, c’est d’être organisé.


Le premier employé d’été est super – vous gagnez un salaire pour la toute première fois! C’est bien amusant de pouvoir se gâter, et de se payer des sorties et des nouveaux vêtements. Mais il est très important d’avoir un budget et des épargnes, sinon cet argent sera très vite parti.


Un mot qui commence par « B »


Difficile de parler de budget… ce n’est pas aussi intéressant que les sorties, les bons repas, et d’autres gâteries. Mais ce n’est pas intéressant non plus de ne pas pouvoir payer de frais de scolarité, ou des dépenses courantes. Le budget permet de comprendre quelles sont vos dépenses fixes, et combien vous pouvez dépenser sur des sorties discrétionnaires, afin d’éviter l’endettement. Réjouissez-vous – nous avons des outils de budgétisation, pour vous aider! Vous pouvez commencer en téléchargeant notre outil gratuit de budgétisation.


En établissant votre budget, il est important de tenir compte à la fois des dépenses immédiates et des dépenses à venir. Dans le cas de l’université, décidez combien vous devez épargner en trois mois, et traitez ce montant comme une dépense fixe. Ajoutez-y d’autres dépenses mensuelles, comme votre facture téléphonique.


Et bien qu’il soit important d’épargner, vous devriez également vous gâter un peu. Réservez un montant dans votre budget pour les sorties.


Il vous faut plus de renseignements? Nous aimerions bien recevoir vos idées, et pourrions avoir d’autres documents utiles. Communiquez avec nous!  




Comments     Permalink     Add Comment

Que faire après un accident automobile
by FCNB-Fr on 


Que faire après un accident automobile

C’est presque l’été, et pour plusieurs, la saison du voyage ! Vous avez peut-être déjà vos collations, votre sélection de musique, et un groupe d’amis entassés dans votre voiture. Mais il manque peut-être encore quelque chose…

C’est bien amusant de penser au voyage, et au plaisir qui vous attend, mais ça ne fait jamais tort d’être prêt si quelque chose de fâcheux devait arriver. Ayez une trousse d’urgence dans votre voiture. C’est facile d’en créer une en rassemblant :

  • Une trousse de premiers soins,
  • Des fusées éclairantes ou des cônes,
  • Un extincteur,
  • Une lampe de poche avec des piles de rechange,
  • De l’eau en bouteille, et des collations non périssables,
  • Une trousse de réparation de pneus, et une pompe,
  • Une couverture
  • Une serviette
  • Des gants de travail,
  • Des câbles volants,
  • Une trousse d’outils.

Voici quelques conseils sur ce qu’il faut faire (et ne pas faire) après un accident :

Restez calme. Les émotions et la confusion qui surviennent après un accident peuvent vous empêcher d’agir judicieusement. Bien que ça puisse être difficile, rappelez-vous de rester calme, et de ne pas vous impatienter avec l’autre conducteur ou avec les passagers. Prenez le temps de noter les détails de l’accident au moyen de notre Formulaire de rapport d’accident automobile, afin de présenter votre version des faits à la police.

Limitez les dommages. S’il est prudent de le faire, déplacez votre voiture au bord de la route. Dans le cas contraire, allumez les feux de détresse de votre voiture, et encerclez-la de cônes ou de feux de détresse.

Évitez les arnaques. Malheureusement, certaines personnes malveillantes s’en prennent à ceux qui viennent tout juste d’avoir un accident automobile. Ne vous laissez pas intimider par des conducteurs de dépanneuse non autorisés. S’ils exigent d’être payés à l’avance, ou de déposer votre voiture à un garage de leur choix, vous pouvez refuser. Demandez à la police de vous fournir le nom d’un conducteur autorisé, afin de déplacer votre voiture au garage de votre choix, ou encore au poste de police, ou chez vous, en attendant de communiquer avec votre assureur.

Prenez note des faits importants. Échangez des renseignements essentiels avec l’autre conducteur, et notez également les coordonnées des témoins. Ayez le Formulaire de rapport d’accident automobile à portée de main, et utilisez-le pour noter les détails de l’accident.

Communiquez avec votre assureur, et ce, dès que possible afin de signaler l’accident et de confirmer la portée de votre police d’assurance. Certains conducteurs peuvent choisir de ne pas présenter de réclamation, et d’assumer eux-mêmes les coûts des réparations. Attention, parce que rien n’oblige le conducteur responsable de l’accident d’accepter l’estimation des dommages que vous lui présentez, et il se peut qu’il refuse de vous rembourser une fois que les réparations sont effectuées.

Savoir quoi faire au moment d’un accident peut prévenir des erreurs dispendieuses ou dommageables. Bonne route (en toute sécurité !) à vous tous!



Comments     Permalink     Add Comment

Vous achetez une voiture? Assurez-vous qu’elle n’ait pas été inondée
by FCNB-Fr on 


Vous achetez une voiture? Assurez-vous qu’elle n’ait pas été inondée

Vu les inondations qui ont affecté de nombreuses communautés du Nouveau-Brunswick, tous ceux qui sont à la recherche d’un véhicule usagé dans la province devraient être aux aguets des véhicules endommagés par les inondations.

L’eau cause des dommages importants à un véhicule, et les assureurs les retirent habituellement de la circulation afin qu’ils ne puissent être revendus. Toutefois, les véhicules emportés par le courant sont souvent transportés loin de leur lieu d’origine après une tempête importante et vendus à des conducteurs non avertis.

Les dommages causés par l’eau ne se limitent pas à la rouille. Ils peuvent avoir des répercussions importantes sur les systèmes mécaniques et électroniques, y compris sur les commandes des sacs gonflables, et créer de la corrosion. Une voiture qui a été inondée peut avoir l’air d’être en parfait état, mais les problèmes pourraient commencer à survenir plus tard, puisque les dommages causés par l’eau peuvent prendre beaucoup de temps à apparaître.

Pour éviter d’acheter un véhicule endommagé par une inondation, les consommateurs du Nouveau-Brunswick devraient :

  • Acheter un véhicule d’un concessionnaire enregistré de bonne réputation, car il a l’obligation de déclarer si une voiture a subi des dommages causés par l’eau. Pour savoir si un concessionnaire est enregistré, il faut lui demander sa licence de concessionnaire de véhicules à moteur.
  • Faire preuve de prudence supplémentaire lors de l’achat d’un véhicule auprès d’un particulier. Les vendeurs privés n’ont aucune obligation de déclarer si un véhicule a subi des dommages causés par l’eau.
  • Utiliser le Service de vérification de NIV du Bureau d’assurance du Canada pour vérifier si un véhicule a été déclaré irréparable. Pour en savoir plus sur les véhicules récupérés et modifiés, consultez notre page Web intitulée L’achat d’un véhicule.
  • Utiliser un service comme Carproof ou Carfax pour voir l’historique du véhicule, y compris les données relatives aux dommages. Évitez d’en acheter un qui provient d’une zone qui a été inondée.
  • Se méfier des véhicules qui sont vendus à un prix inférieur à la valeur marchande. Si une affaire semble être trop bonne pour être vraie, c’est probablement parce qu’elle l’est.
  • Apporter le véhicule, avant de l’acheter, à un mécanicien de confiance pour qu’il l’inspecte.

Voici quelques indices courants d’un véhicule endommagé par l’eau :

Intérieur et extérieur du véhicule :
    • Une odeur de moisissure à l’intérieur, qui peut parfois être camouflée avec un assainisseur d’air ou un shampooing fort. S’il y a une forte odeur d’assainisseur d’air ou d’assouplissant textile, assurez-vous qu’elle ne masque pas une odeur plus grave.
    • Du rembourrage ou des tapis dépareillés, non fixés, nouveaux ou tachés.
    • Des tapis humides. Si vous le pouvez, soulevez le tapis pour vérifier si le sous-tapis est humide.
    • De l’humidité, de l’eau stagnante ou des débris dans le coffre à bagages ou le compartiment du pneu de rechange.
    • De la rouille autour des portes, à l’intérieur de la serrure du capot et du coffre, sur les pédales et les surfaces métalliques non finies (comme les ressorts et les boulons sous les sièges) ou sous le tableau de bord.
    • Des bulles de peinture dans des endroits qui ne sont pas exposés aux intempéries.
    • De la boue ou du limon dans le coffre à gants ou sous les sièges.
    • Des fils cassés sous le tableau de bord.
    • De la buée ou de l’humidité dans les lumières intérieures ou extérieures ou dans le tableau de bord.
    • Des vis de fixation des sièges altérées dans le but d’essayer d’assécher les tapis.
Sous le capot :
    • Des traces d’eau dans le compartiment moteur.
    • Du limon et du sable dans les renfoncements et les recoins.
    • Vérifiez l’huile – même une petite quantité d’eau dans l’huile la rendra trouble.
    • Vérifiez le filtre à air– s’il y a des taches d’eau sur le filtre en papier, laissez tomber.

Il est important de poser des questions et d’être bien informé lorsque vous achetez un véhicule d’un particulier ou d’un concessionnaire. Étant donné toutes les possibilités et les détails à considérer, vous pouvez vous sentir à la fois fébrile et dépassé. Pour en savoir plus, consultez L’achat d’un véhicule.



Comments     Permalink     Add Comment

Oubliez les tatouages en forme de cœur : offrez le cadeau de la santé financière à votre mère!
by FCNB-Fr on 


Oubliez les tatouages en forme de cœur : offrez le cadeau de la santé financière à votre mère!

Cette année, à la fête des Mères, offrez un cadeau à votre maman dont elle bénéficiera toute sa vie.  Prenez le temps d’apprendre à détecter les signes avant-coureurs d’une diminution des compétences financières chez votre mère afin de contribuer à protéger l’avenir financier de votre famille avant qu’il ne soit trop tard.

Saviez-vous que 72 % des Canadiens qui vivent avec la maladie d’Alzheimer sont des femmes? Compte tenu de ces statistiques, l’un des meilleurs services que vous pouvez rendre à votre mère est de guetter les signes de déclin cognitif chez elle, plus particulièrement lorsqu’elle vieillit et devient plus dépendante des autres. Son avenir financier et son bien-être pourraient bien en dépendre!

La capacité à gérer des tâches financières est souvent l’une des premières capacités à diminuer chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’autres formes communes de démence. Pour venir en aide aux mamans de partout, nous avons décidé de vous faire part de quelques conseils pour vous aider à reconnaître les signes avant-coureurs d’un déclin des capacités financières. De cette manière, vous pourrez prendre des mesures pour aider votre mère à gérer ses finances de façon responsable ou obtenir de l’aide pour la protéger.

Portez attention aux signes avant-coureurs suivants :

Les tâches financières quotidiennes nécessitent plus de temps que d’habitude.
Les tâches comme préparer ou payer des factures prennent plus de temps à accomplir que d’habitude et ne se font plus aussi spontanément et facilement qu’avant.

Moins d’attention est accordée aux documents financiers.
Y a-t-il beaucoup de courrier non ouvert chez votre mère? Si c’est le cas, il se peut qu’elle ne soit plus attentive aux factures; elle pourrait oublier de les payer ou payer la même facture plus d’une fois.

Les compétences de base en mathématiques diminuent.
Votre mère pourrait soudainement avoir de la difficulté à calculer le montant du pourboire à laisser au restaurant ou le montant de la taxe sur un article.

Il est de plus en plus difficile de comprendre les concepts et les contrats financiers.
Si votre mère vous demande soudainement de l’aide pour comprendre une entente ou un contrat qui ne lui aurait pas causé de difficultés auparavant, il se peut qu’elle ait moins d’assurance dans sa capacité à comprendre les concepts financiers et les conditions financières.

Il devient difficile de déterminer les risques que comporte une possibilité financière.
Les achats spontanés et inhabituels, comme l’achat de produits de beauté vendus au porte-à-porte ou l’achat d’une voiture qui ne convient pas à ses besoins, peuvent indiquer que votre mère n’est plus en mesure de prendre des décisions qui correspondent à sa tolérance habituelle au risque. Vous devriez également porter attention aux communications avec un nouvel ami ou correspondant.

Ces conseils pourraient donner lieu à des conversations difficiles, mais ils pourraient vous éviter bien des problèmes futurs. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez nos ressources financières pour les personnes âgées sur notre site Web.


Comments     Permalink     Add Comment

Vous planifiez des travaux de rénovation? Ne commettez pas une erreur qui pourrait s’avérer coûteuse
by FCNB-Fr on 


Vous planifiez des travaux de rénovation? Ne commettez pas une erreur qui pourrait s’avérer coûteuse

Le retour des beaux jours et les journées qui rallongent amènent plusieurs propriétaires à penser aux travaux de rénovation.

Ils passent des heures à discuter des plans, à choisir les couleurs idéales pour la peinture et à choisir le comptoir de granit. Malheureusement, ils accordent peu ou pas de temps aux étapes importantes et ils pourraient s’en mordre les doigts plus tard.

La plupart des Canadiens ne font pas leurs devoirs quand vient le temps d’engager un entrepreneur, ce qui peut avoir de graves conséquences pour leur projet et leur portefeuille. Avant de vous lancer dans un projet de rénovation, sachez que vous avez des responsabilités en tant que propriétaire. Protégez-vous et protégez votre famille en suivant les étapes décrites ci-après.

Engagez un entrepreneur qualifié

Dans un récent sondage mené au Canada, près de 70 % des entrepreneurs en rénovation résidentielle ont affirmé que leur clientèle ne fait pas assez de vérification au moment d’engager un entrepreneur. TrustedPros a interrogé 395 entrepreneurs en rénovation résidentielle du pays pour réaliser le sondage. Ils ont également déclaré qu’aucun de leurs clients résidentiels n’avait demandé de voir leur licence de métier spécialisé.

Avant d’engager un entrepreneur, renseignez-vous sur les candidats afin de vous assurer d’en choisir un qui a les compétences, les permis et l’expérience qui correspondent à vos besoins.

Vérifiez leurs références et des exemples de leur travail et, le cas échéant,  et vérifiez s’ils sont membres de l’Association canadienne des constructeurs d'habitations.

Renseignez-vous au sujet du bilan de l’entreprise en matière de sécurité. Assurez-vous que l’entreprise est bien assurée. Vous ne voulez pas être tenu responsable si un travailleur se blesse pendant qu’il rénove votre maison. Vous pouvez vous assurer que l’entreprise a une couverture d’indemnisation des accidentés du travail en vérifiant le certificat d’employeur en règle de Travail sécuritaire NB.

Appelez votre courtier ou agent d’assurance

Vous devez vérifier que vous êtes assuré si votre résidence est endommagée pendant les travaux de rénovation, ou si des dommages sont causés à une propriété voisine. La couverture des polices d’assurance habitation lors de travaux de rénovation varie grandement. Assurez-vous donc d’être protégé avant d’entamer les travaux.

Si vous devez quitter votre résidence pour plus de 30 jours pendant les travaux, vous devriez appeler votre courtier ou agent d’assurance pour voir si vous devez mettre à jour votre assurance. Demandez à votre courtier ou votre agent si vous avez besoin d’un permis d’inoccupation.

Certains travaux de rénovation augmentent la valeur de votre maison et peuvent avoir une incidence sur votre police d’assurance. La rénovation de la cuisine ou de la salle de bain, par exemple, peut augmenter la valeur de remplacement de votre résidence de plusieurs milliers de dollars. D’autres travaux, comme l’amélioration du système électrique, peuvent vous donner droit à des rabais.

Pour de plus amples renseignements, consulter le site du Bureau de l’assurance du Canada.

Comprendre le processus de construction

Assurez-vous de bien comprendre les étapes de la rénovation, du début à la fin, la durée de chaque phase du projet et les divers jalons. Il est préférable que ces éléments soient indiqués dans un contrat.

Renseignez-vous sur la garantie

Assurez-vous d’avoir tous les renseignements par écrit sur les garanties qui accompagnent les produits et les matériaux qui entreront dans votre projet de rénovation, ainsi que sur les garanties sur le service après-vente.

Examinez le contrat

Examinez en détail tout contrat avant de le signer pour vous assurer de comprendre l’ensemble des coûts et des obligations (tant les vôtres que ceux de l’entrepreneur) compris dans le contrat. Ne vous sentez pas obligé de signer le contrat en toute hâte. Prenez le temps de l’examiner au complet ou de consulter un professionnel. Ne vous fiez pas uniquement aux ententes verbales. Si vous avez discuté de conditions, de clauses ou de détails avec votre entrepreneur, assurez-vous de les inclure dans le contrat écrit.

Pour obtenir plus de renseignements et connaître les facteurs importants à considérer dans la rénovation d’une maison, visitez le site Web de l’Association canadienne des constructeurs d’habitations.



Comments     Permalink     Add Comment

 
RSS Feed

Dans cette section :

2015 © Commission des services financiers et des services aux consommateurs