Pour ce que ça vaut

id = "FBMainForm_37818202" action="/Pour-ce-que-ca-vaut.html" method = "post" onsubmit = "return false" >
Pour ce que ça vaut Search  

 
Les aperçus des fonds négociés en bourse (FNB)
by FCNB-Fr on 


Les aperçus des fonds négociés en bourse (FNB)

Comprendre le monde des fonds négociés en bourse (FNB) est désormais un peu plus facile.

Peut-être connaissez-vous déjà les FNB, mais si vous n’êtes pas sûr de ce qu’ils représentent pour les investisseurs, ou si vous souhaitez en ajouter à votre portefeuille pour la première fois, bonne nouvelle : nous avons des ressources pour vous aider!

En quoi consistent les FNB?

En gros, les FNB sont des fonds d’investissement qui détiennent un ensemble d’actifs, notamment des actions, des obligations ou des produits de base. Ils regroupent des titres qui peuvent être négociés en bourse, un peu comme les fonds communs de placement.  Le regroupement des titres assure la diversification du portefeuille, permettant ainsi de réduire les risques de perdre l’argent investi.  Souvent, les FNB surveillent le rendement d’un indice, ce qui permet généralement de réduire les coûts d’exploitation par rapport aux fonds communs de placement activement investis. Pour en savoir plus sur les FNB, consultez ce billet de blogue.

En quoi consistent les aperçus des FNB?

Depuis le 10 décembre, les courtiers en placement sont obligés de vous communiquer un aperçu du FNB au plus tard à minuit le deuxième jour ouvrable après que vous ayez investi dans un tel fonds.

Ces aperçus sont un résumé de deux pages des principaux renseignements que vous devez connaître concernant les FNB. Ils visent à vous aider à prendre une décision éclairée concernant vos placements et à comparer les fonds afin de déterminer lequel convient le mieux à vos objectifs en matière d’investissement.

Même si le courtier en placement a l’obligation de vous fournir un aperçu du FNB au plus tard à minuit deux jours après votre investissement, vous avez le droit de lui en demander une copie avant d’investir votre argent. Vous avez la responsabilité de lire attentivement cet aperçu. Il peut également être avantageux de discuter avec votre conseiller en placement inscrit avant d’investir dans un FNB, afin de vous assurer que ce dernier convient à votre portefeuille de placements. (Conseil de pro : vous pouvez vous assurer que votre conseiller en placement est bien inscrit à l’adresse sontilsinscrits.ca.)

Comment les aperçus de titres des FNB peuvent-ils aider les investisseurs?

Il n’existe pas de placement qui convienne à tous les investisseurs.  Le caractère approprié des placements dépend entièrement de l’étape de la vie à laquelle vous êtes rendu, de vos objectifs financiers et de votre situation financière au moment d’investir, entre autres.
Les aperçus des FNB permettent d’éliminer les incertitudes en matière de placements, car ils fournissent des renseignements sur le rendement des fonds, les prix, les frais de gestion et les types d’investisseurs à qui ces fonds conviennent.  Il est important d’examiner tous ces renseignements avant d’investir votre argent, non pas après.

Besoin d’aide pour comprendre les aperçus des FNB?

Les aperçus des FNB peuvent avoir l’air complexes la première fois. Heureusement, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières ont créé un guide pratique pour vous aider à comprendre ce type de documents. 

Questions à poser à votre conseiller en placement inscrit

N’hésitez pas à poser des questions à votre conseiller en placement inscrit si vous doutez de quelque chose.  Voici quelques questions concernant les FNB que vous pourriez lui poser :

  • Sur quel marché ce fonds investit-il?
  • À votre avis, ce fonds convient-il à mon portefeuille, en tenant compte de mes objectifs de placement?
  • À quel point ce placement est-il risqué par rapport aux autres FNB?
  • Combien d’argent pourriez-vous faire en me vendant des parts de ce FNB?

Les FNB ne conviennent pas à tous les investisseurs, mais les aperçus des FNB et les conseils d’un conseiller en placement inscrit peuvent vous aider à déterminer si un tel FNB est approprié pour vous.


Comments     Permalink     Add Comment

Les prêts sur salaire au Nouveau-Brunswick : ce que vous devez savoir
by FCNB-Fr on 


Les prêts sur salaire au Nouveau-Brunswick : ce que vous devez savoir

Un prêt sur salaire peut sembler être une bonne solution quand nous sommes à court d’argent ou devons faire une dépense imprévue. Mais saviez-vous que les prêts sur salaire sont l’un des moyens les plus onéreux d’emprunter de l’argent? Et de loin!

Prêt sur salaire versus Avance de fonds par carte de crédit

À votre avis, lequel des deux est plus onéreux : un prêt sur salaire ou une avance de fonds par carte de crédit?

Voyons cela ensemble…

Montant du prêt : 300 $

Prêt sur salaire : Le prêteur sur salaire peut exiger des frais de 15 $ pour chaque tranche de 100 $ empruntés. Vous aurez donc à débourser 45 $ pour emprunter 300 $. Au bout de 14 jours, vous devrez rembourser le prêt de 300 $ et les frais de 45 $, soit 345 $ au total.

Carte de crédit : Supposons que le taux annuel en pourcentage soit de 23 %. Au bout de 14 jours, vous aurez à rembourser l’avance de fonds de 300 $, plus des frais d’intérêts de 2,65 $, soit 302,65 $ au total.   

Le prêt sur salaire coûte donc 42,35 $ de plus. C’est de l’argent que vous pourriez garder dans votre poche!

Cela dit, selon un rapport de l’Agence de consommation en matière financière, le recours aux prêts sur salaire a plus que doublé récemment au Canada. Fait plus troublant encore, moins de la moitié des consommateurs comprennent que les prêts sur salaire sont plus onéreux que d’autres moyens de financement, comme les cartes de crédit, les prêts bancaires ou des caisses populaires.

Principes d’un prêt sur salaire

Un prêt sur salaire est habituellement un petit prêt contracté à court terme à un taux d’intérêt très élevé, afin de tenir le coup jusqu’à la prochaine paie. En retour, vous devez donner à l’entreprise un chèque dont le montant est égal à la somme du montant du prêt et de tous les frais additionnels ou la permission de retirer ce montant de votre compte au prochain jour de paie.

Le prochain jour de paie, le prêteur sur salaire encaisse le chèque que vous lui avez donné ou prélève électroniquement le montant dû de votre compte bancaire. Si vous ne réglez pas entièrement votre solde à l’échéance, vous pourriez devoir payer des frais additionnels, y compris des pénalités ou des frais de chèque sans provision.

Depuis le 1er janvier, de nouvelles règles régissent les activités des prêteurs sur salaire au Nouveau-Brunswick. Ceux-ci doivent être titulaires d’un permis de la FCNB. Communiquez avec la FCNB pour confirmer qu’un prêteur sur salaire est titulaire d’un permis émis en bonne et due forme.

Les nouvelles règles visent à mieux protéger les consommateurs, obligent les prêteurs à communiquer l’information au sujet des prêts et accordent certains droits aux consommateurs.   

Dix choses à savoir au sujet des prêts sur salaire au Nouveau-Brunswick

  1. Le montant maximal qui peut vous être facturé est de 15 $ par tranche d’emprunt de 100 $, y compris tous les frais et droits, peu importent les circonstances. Cliquez ici pour en apprendre davantage sur le coût des prêts sur salaire.
  2. Vous pouvez résilier un prêt sur salaire dans un délai de 48 heures, sans payer de frais. Cliquez ici pour en apprendre davantage sur la résiliation des prêts sur salaire.
  3. L’obtention d’une assurance est facultative. Vous avez le droit de refuser l’assurance offerte par le prêteur.
  4. Les prêts sur salaire constituent une forme de crédit très coûteuse. Avant de contracter un prêt sur salaire, vous devriez envisager d’avoir recours à d’autres options d’emprunt (p. ex. : emprunter auprès d’un membre de votre famille, d’un ami, d’une banque ou d’une caisse populaire, ou payer avec votre carte de crédit). Cliquez ici pour en apprendre davantage sur les solutions de rechange aux prêts sur salaire.
  5. Les prêteurs doivent placer des affiches indiquant les taux qu’ils facturent.
  6. Le contrat de prêt doit indiquer l’ensemble des frais, modalités et conditions du prêt. Cliquez ici pour en apprendre davantage sur les contrats de prêt sur salaire
  7. Les prêteurs ne peuvent consentir plus d’un prêt à la fois.
  8. Les prêteurs ne peuvent reconduire votre prêt, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent prolonger ou renouveler un prêt en vous facturant des coûts supplémentaires, ni vous octroyer un nouveau prêt pour rembourser un prêt existant.
  9. Les prêteurs ne peuvent pas vous octroyer un prêt correspondant à plus de 30 % de votre paie nette. Cliquez ici pour en apprendre davantage sur l’obtention d’un prêt sur salaire.
  10. N’accordez JAMAIS à un prêteur un accès direct à votre compte bancaire. Ne donnez pas votre NIP de carte bancaire ni votre mot de passe en ligne. Cliquez ici pour en apprendre davantage sur la protection de votre crédit.

Lorsque votre situation financière est précaire, contracter un prêt sur salaire peut être une proposition risquée. Si vous êtes incapable de le rembourser à l’échéance, vous pourriez vous enfoncer dans les dettes.


Comments     Permalink     Add Comment

Que faire après un accident automobile
by FCNB-Fr on 

Que faire après un accident automobile

 

C’est le temps des Fêtes, et pour beaucoup d’entre nous, c’est aussi le temps des voyages en voiture! Entre le ramassage du sapin et les nombreux soupers de famille, ce ne sont pas les occasions qui manquent de s’entasser dans la voiture.

 

C’est bien amusant de penser au plaisir qui vous attend. (Premier point du programme : bataille de balles de neige.) Toutefois, à cette période de l’année, il faut aussi être si quelque chose de fâcheux devait arriver, comme une tempête ou des conditions routières dangereuses.

 

Il peut être utile d’avoir à bord une trousse de secours ou de premiers soins. Vous pouvez acheter ce type de trousse ou l’assembler vous-même en plaçant dans un bac en plastique :


    • Une trousse de premiers soins,
    • Des fusées éclairantes ou des cônes,
    • Une petite pelle,
    • Un extincteur,
    • Une lampe de poche avec des piles de rechange,
    • De l’eau en bouteille et des collations non périssables,
    • Une trousse de réparation de pneus et une pompe,
    • Une couverture
    • Une serviette
    • Des gants de travail,
    • Des câbles de démarrage
    • Une trousse d’outils de base.

 

Voici quelques conseils sur ce qu’il faut faire (et ne pas faire) en d’accident :

 

Restez calme. Les émotions et la confusion qui surviennent après un accident peuvent vous empêcher d’agir judicieusement. Bien que ça puisse être difficile, rappelez-vous de rester calme, et de ne pas vous impatienter avec l’autre conducteur ou avec les passagers. Prenez le temps de noter les détails de l’accident au moyen de notre Formulaire de rapport d’accident automobile, afin de présenter votre version des faits à la police.

 

Limitez les dommages. S’il est prudent de le faire, déplacez votre voiture au bord de la route. Dans le cas contraire, allumez les feux de détresse de votre voiture, et encerclez-la de cônes ou de feux de détresse.

 

Évitez les arnaques. Malheureusement, certaines personnes malveillantes s’en prennent à ceux qui viennent tout juste d’avoir un accident automobile. Ne vous laissez pas intimider par des conducteurs de dépanneuse non autorisés. S’ils exigent d’être payés à l’avance, ou de déposer votre voiture à un garage de leur choix, vous pouvez refuser. Demandez à la police de vous fournir le nom d’un conducteur autorisé, afin de déplacer votre voiture au garage de votre choix, ou encore au poste de police, ou chez vous, en attendant de communiquer avec votre assureur.

 

Prenez note des faits importants. Échangez des renseignements essentiels avec l’autre conducteur, et notez également les coordonnées des témoins. Ayez le Formulaire de rapport d’accident automobile à portée de main, et utilisez-le pour noter les détails de l’accident.

 

Communiquez avec votre assureur, et ce, dès que possible afin de signaler l’accident et de confirmer la portée de votre police d’assurance. Certains conducteurs peuvent choisir de ne pas présenter de réclamation, et d’assumer eux-mêmes les coûts des réparations. Attention, parce que rien n’oblige le conducteur responsable de l’accident d’accepter l’estimation des dommages que vous lui présentez, et il se peut qu’il refuse de vous rembourser une fois que les réparations sont effectuées.

 

Savoir quoi faire au moment d’un accident peut prévenir des erreurs qui pourraient vous coûter cher financièrement et personnellement. Joyeuses Fêtes en tout sécurité, à vous et à vos proches!

 



Comments     Permalink     Add Comment

Billet spécial -Comment étirer son budget d’épicerie autant que possible
by FCNB-Fr on 


Billet spécial : Comment étirer son budget d'épicerie autant que possible

Aujourd’hui, nous vous présentons un billet de blogue spécial de Jane Logan de www.hungryjaney.com (en anglais seulement).

Des articles sur l’augmentation du coût des aliments, il y en a partout! Et il suffit d’écouter quelques conversations pour entendre des gens se plaindre de ne pas savoir quoi cuisiner pour le souper! La solution est pourtant simple : planifiez vos repas! Si vous planifiez les repas en fonction des soldes à l’épicerie, la facture sera beaucoup moins salée. Non seulement vous ferez des économies, mais vous ménagerez aussi votre santé mentale! Finis les visites à l’épicerie à 17 h, les longs moments passés à fouiller le réfrigérateur en quête d’inspiration et les surprises exorbitantes à la caisse de l’épicerie! Il vous suffit de quelques étapes pour créer un plan de repas qui cadre avec vos préférences et celles de votre famille, votre horaire et votre budget. (Vous n’avez pas un budget? Essayez notre budget modèle offert gratuitement en ligne!)

Préparez votre réussite

Comme pour tout autre objectif, vous devez préparer votre réussite. Ne tentez pas de planifier vos repas à la presse avant de faire l’épicerie ou lorsque vos enfants réclament votre attention. Limitez les distractions.

Regardez votre calendrier. Devez-vous planifier le souper pour tous les soirs de la semaine ou avez-vous déjà d’autres projets pour un certain soir? Y a-t-il une soirée où vous n’aurez que peu de temps à préparer le repas (réunion, activité sportive, etc.)? Y a-t-il une soirée où certaines personnes ne seront pas à table et où vous pourriez prévoir moins de portions? Prévoyez en fonction de votre réalité.

Faites l’inventaire

Regardez dans le réfrigérateur. Qu’avez-vous déjà à la maison que vous pourriez intégrer au menu? Vous avez peut-être des aliments frais qui devraient être cuisinés dans les prochains jours. Parallèlement, jetez un coup d’œil au congélateur et au garde-manger pour prendre connaissance des aliments qui s’y trouvent.
Si vous pouvez acheter diverses coupes de viande quand le solde en vaut la peine, stockez votre congélateur. Il en va de même pour les articles du garde-manger. Quand vous aurez l’habitude d’acheter les articles en solde et d’en profiter pour vous approvisionner de ce que vous achetez régulièrement, vous pourrez « magasiner » dans vos réserves avant d’aller à l’épicerie.

Feuilletez les circulaires

Feuilletez les circulaires, que ce soit les versions papier qu’on a lancées dans votre entrée, les circulaires en ligne ou celles que vous trouverez sur des applications comme Flipp. Cherchez avidement les plus grandes aubaines, ces « produits d’appel » offert au prix coutant, voire à perte, dans le but de vous attirer au magasin. Ces articles sont généralement affichés à la une des circulaires ou encore à la dernière page. Faites un remue-méninges pour trouver des moyens de combiner ces aliments à prix réduit à ceux de votre réserve pour préparer vos plats principaux. Si vous pouvez obtenir certains articles que vous achetez régulièrement à prix considérablement réduit, songez à en acheter de surplus pour éviter de payer le plein prix au cours des prochaines semaines.

Soyez ouvert au changement

Il est idéal d’avoir son menu et sa liste d’épicerie sur la même page afin de pouvoir faire des changements à l’épicerie. Quand vous ferez vos emplettes, il pourrait arriver que certains aliments de votre liste ne soient pas disponibles ou soient périmés. Comme vous aurez votre menu en main, vous pourrez modifier votre plan en conséquence. Dans le même ordre d’idées, si vous dénichez un solde inouï en magasin, modifiez l’un de vos repas pour y inclure ce nouvel ingrédient. Vous pourriez aussi vouloir faire des changements une fois la semaine commencée, par exemple si vous recevez une invitation à souper chez quelqu’un ou dans un restaurant. Votre plan de repas n’a pas à être monotone, il peut (et doit) s’agir d’un document évolutif.

Évitez le gaspillage

Si vous entendez vous approvisionner d’articles en solde, il est important de bien les congeler ou les conserver. Ce n’est plus une aubaine si ces articles finissent à la poubelle!

Pour beaucoup d’articles, il vaut mieux les congeler instantanément sur une tôle à biscuits pour éviter qu’ils collent un aux autres. Une fois congelés, vous pourrez les transférer dans un sac de congélation ou un autre contenant, au besoin.

  • Congelez instantanément les hamburgers, les saucisses, les poitrines de poulet, les côtelettes de porc, les steaks, etc.
  • Congelez le bacon cuit en tranches (à réchauffer au four à micro-ondes ou dans un poêlon) ou en miettes (pour les salades, la pizza, etc.).
  • Congelez instantanément les oignons verts et conservez-les dans un pot.
  • Congelez instantanément les poivrons en languettes. Vous pourrez les faire sauter directement dans un poêlon, en faire des fajitas, les ajouter à un cari, etc. Hachez-les pour garnir vos pizzas ou vos nachos.
  • Servez-vous de la viande hachée pour faire des boulettes ou un mélange à taco que vous pourrez congeler en portions.
  • Congelez des portions d’une demi-tasse de légumes en purée pour cuisiner (courge, patates douces, citrouille, courgettes) ou pour faire un frappé (épinard, chou vert). Les contenants de silicone sont très utiles dans ce cas.
  • Congelez la sauce marinara dans un sac à plat. Vous pourrez la servir avec des pâtes ou en plus petites portions comme sauce à pizza. Encore là, vive les contenants de silicone!
  • Faites blanchir les légumes et congelez-les instantanément.
  • Congelez en entier les bananes trop mûres; vous pourrez en confectionner de succulents desserts ou les mettre en morceaux dans vos frappés.

Cessez de voir les restes comme quelque chose sans intérêt ou répétitifs. Rien de plus facile que de servir les restes d’une toute nouvelle façon, et vous gagnerez beaucoup de temps, car vous n’aurez pas à cuisiner un repas de toutes pièces.

  • Le souper au poulet du dimanche peut se transformer en plusieurs repas pendant la semaine : pâté au poulet, pizza au poulet et aux arachides, quésadillas au poulet, soupe au poulet, etc.
  • Faites sauter de grandes quantités de poulet, de poivrons et d’oignons. Dégustez-les en fajitas le premier jour, en pizza le lendemain et sur un lit de riz le surlendemain.
  • Un pot de sauce aux tomates peut agrémenter des spaghettis, rehausser une casserole avec des pâtes ou du riz, napper un petit pain pour un Sloppy Joe, ou couvrir une pizza.
  • Votre chili à la mijoteuse peut être servi dans un bol avec des garnitures quelconques pour un premier repas, versé sur une patate douce pour le deuxième repas et intégré à une casserole ou à un pâté chinois au troisième repas.

Ces idées sont à prendre ou à laisser. L’essentiel, c’est de choisir les méthodes qui vous conviennent et qui plairont à votre famille. Vous réussirez, ne serait-ce qu’en intégrant seulement une ou deux de ces idées de planification de repas, à changer la façon dont vous envisagez l’épicerie, la cuisine et les repas. Une fois que vous aurez pris goût à la routine de la planification des repas, vous ne pourrez plus vous en passer! Votre facture d’épicerie en sera considérablement réduite, vous gaspillerez beaucoup moins d’aliments et le stress que vous ressentez à l’heure des repas baissera de façon spectaculaire!



Comments     Permalink     Add Comment

Magasinage des Fêtes : comment avoir plus d’un tour dans votre sac… même si vous avez attendu à la dernière minute!
by FCNB-Fr on 


Magasinage des Fêtes : comment avoir plus d’un tour dans votre sac… même si vous avez attendu à la dernière minute!


Des flocons se sont mis à tomber et les cafés-restaurants servent des viennoiseries et des breuvages à saveur de lait de poule. Tout va pour le mieux jusqu’à ce que la réalité vous rattrape : vous n’avez pas encore commencé votre magasinage des Fêtes et il ne reste que quelques dodos avant Noël! Avant de vous ruer vers le centre commercial, prenez connaissance des conseils suivants afin que « magasinage des Fêtes » ne rime pas avec « coup de tête ». Ainsi, une fois la magie des Fêtes passée, la vue de votre relevé de carte de crédit ne vous donnera pas le vertige, et vous et votre compte bancaire nous en remercierez.


Conseil no 1 : Dressez une liste et vérifiez-la deux fois. Après tout, le père Noël le fait bien, lui!


Commencez par établir un budget pour vos dépenses du temps des Fêtes. Évidemment, tout le monde aime gâter ses proches pendant cette période, mais vous ne devez quand-même pas vous ruiner ni surcharger vos cartes de crédit pour leur montrer votre appréciation, sans quoi vous pourriez regretter amèrement votre manque de retenue en janvier, lorsque les factures commenceront à s’additionner. Ensuite, dressez une liste de toutes les personnes que vous souhaitez gâter et allouez une partie de votre budget à chaque cadeau. Vous pourrez ainsi songer à des idées-cadeaux plus économiques qui respecteront votre budget.


Conseil no 2 : Pensez-y deux fois avant de sortir votre carte de crédit.


Si vous pensez faire un achat qui ne cadre pas dans votre budget des Fêtes, arrêtez-vous et demandez-vous si cet achat est vraiment nécessaire avant d’avoir recours à votre carte de crédit. Votre adorable nièce a-t-elle vraiment besoin d’une autre poupée Barbie ou est-ce que les trois que vous lui avez achetées et qui sont déjà emballées feront l’affaire? Avez-vous vraiment besoin d’une autre robe de soirée ou est-ce que la petite robe noire que vous avez portée seulement deux fois conviendra et vous ira à ravir? N’agissez pas trop rapidement. Retournez à la maison et songez à cet achat. Si vous décidez de vous servir de vote carte de crédit, assurez-vous de pouvoir payer le solde de votre facture en entier, le moment venu. Si vous ne payez pas votre solde à mesure, les intérêts peuvent s’accumuler rapidement et faire gonfler le montant à rembourser, faisant du même coup disparaître la bonne aubaine dont vous aviez voulu profiter. Lisez notre billet de blogue présentant des conseils en matière de finances pour la période des Fêtes afin d’obtenir d’autres conseils qui vous éviteront de transformer les joyeux « ho ho ho » du père Noël en de tristes « oh oh oh » à la vue de vos factures.


Conseil no 3 : Faites vos devoirs.


Faites une recherche sur les produits que vous prévoyez acheter. Je sais, Noël approche à grands pas et le temps commence à se faire rare, mais vous avez tout de même le temps de comparer les prix, les services et les garanties, surtout s’il s’agit d’une grosse dépense. Vous pouvez également consulter le site Web sur la sécurité des produits de consommation de Santé Canada afin de prendre connaissance des retraits de produits, des mises en garde et des avis, et de vous assurer que votre cadeau est sans danger.


Conseil no 4 : Prenez toujours connaissance de la politique d’échange et de remboursement du détaillant AVANT d’effectuer votre achat.


Contrairement à la croyance populaire, vous n’avez pas toujours le droit de retourner ou d’échanger un produit ou d’annuler un contrat de service dans les 30 jours suivant l’achat. En fait, les détaillants peuvent établir leurs propres politiques en matière de retour et d’échange. Si le détaillant est doté d’une politique de retour, il peut décider de fournir un remboursement en argent, un échange de marchandise ou une note de crédit. En posant des questions avant de faire vos achats, vous économiserez du temps et de l’argent une fois la fébrilité de la période des Fêtes estompée. Pour en apprendre davantage sur les garanties et pour mieux les comprendre, consultez notre fiche de conseils « Demandez avant d’acheter ».


Conseil no 5 : Prenez connaissance de vos droits à l’achat de cartes-cadeaux.


Tout le monde aime les cartes-cadeaux. C’est vrai! Vous connaissez des gens qui n’aiment pas aller magasiner gratuitement à leur endroit préféré? En achetant une carte-cadeau, vous pouvez éviter de vous casser la tête au sujet de la grandeur du chandail que vous avez acheté au neveu du meilleur ami de votre conjoint. De plus, ce dernier pourrait être déçu si, au moment de s’en servir, il s’aperçoit que la carte est expirée ou est accablée de frais de service.

Au Nouveau-Brunswick, les frais de services sont limités et les dates d’expiration sont dans la plupart des cas interdites. Pour obtenir de plus amples renseignements sur vos droits à l’achat d’une carte-cadeau, consultez notre fiche d’information sur les cartes-cadeaux.


Conseil no 6 : Conservez vos reçus.


Conservez toujours les reçus, les garanties et les contrats de service. Vous pourriez en avoir besoin si vous voulez présenter une réclamation en cas de problème ou si vous voulez retourner le produit advenant que vous changiez d’avis. Un bon conseil à suivre : demandez un reçu-cadeau. Bon nombre de magasins offrent ce type de reçu à l’approche du temps des Fêtes afin d’allonger la période de retour ou d’annulation et de faciliter l’échange et le retour de marchandises.




Comments     Permalink     Add Comment

Avez-vous eu la « conversation au sujet de l’argent »?
by FCNB-Fr on 


Avez-vous eu la « conversation au sujet de l’argent »?

Si vous êtes comme la plupart des gens, moi y compris, il n’est pas facile de parler d’argent. Nous peinons à maîtriser nos finances et l’argent est une source de stress. Malheureusement, nous transmettons souvent ces mauvaises habitudes à nos enfants sans leur donner les outils dont ils ont besoin pour prendre très tôt des décisions financières éclairées.

La bonne nouvelle est qu’il n’y a pas de meilleur moment que le moment présent pour y remédier! En discutant librement de dépenses et de l’épargne avec nos enfants, nous en ferons de meilleurs consommateurs, philanthropes et investisseurs.

La grande question : par où commencer?

Tout d’abord, tenez compte de l’âge de l’enfant. Évidemment, votre enfant d’âge préscolaire n’a pas besoin de savoir ce qu’est un fonds commun de placement ou une hypothèque. Mais vous pouvez lui dire que votre maison coûte de l’argent tous les mois et que vous travaillez pour la payer. L’âge idéal pour parler des besoins et des désirs est de cinq à dix ans. En expliquant à votre enfant de niveau primaire la différence entre un besoin et un désir, vous l’aiderez à comprendre que certaines choses sont nécessaires pour vivre (nourriture, eau et maison), alors que d’autres achats sont plutôt un désir (jouets, appareils électroniques et billets de cinéma). S’il apprend que vous devez vous assurer d’avoir suffisamment d’argent pour les choses dont vous avez besoin avant de dépenser pour les choses que vous désirez, cela l’aidera à comprendre les principes de la budgétisation et de l’épargne.

Un autre excellent concept à enseigner aux enfants est la méthode « GISS ». GISS signifie Giving (Donner), Investing (Investir), Saving (Épargner) et Spending (Dépenser). Examinons chacune de ces catégories de plus près :

  • Donner — vous permet d’avoir un impact positif sur le monde. Cela peut comprendre le bénévolat, les dons et poser des gestes qui contribueront à la réussite de votre collectivité.
  • Investir — un petit montant mis de côté sur une base régulière peut finir par devenir une somme rondelette. Songez à des objectifs d’épargne à long terme pour un achat plus important, comme une bicyclette ou un jouet pour un jeune enfant, ou à des chaussures de sport ou de l’équipement sportif de marque pour un enfant plus vieux. Présenter le concept de l’investissement à un jeune âge enseigne aux enfants qu’ils peuvent épargner pour ce qu’ils désirent.
  • Épargner — pensez à fixer des objectifs à court terme pour des choses que votre enfant désire. Votre enfant veut-il un jouet particulier ou une sortie précise? Demandez-lui de noter par écrit l’objet désiré, puis déterminez ensemble le montant d’argent qui sera nécessaire, combien de temps il faudra pour épargner ce montant et les obstacles qui pourraient survenir en cours de route. Ce plan d’épargne enseignera à votre enfant la maîtrise de soi et lui permettra d’atteindre ses objectifs financiers.
  • Dépenser — avoir un montant à dépenser pour des gâteries donne à votre enfant le contrôle de ses dépenses. Le fait de savoir qu’il a un certain montant à dépenser comme il lui plaît donnera à votre enfant un sentiment de fierté et de satisfaction parce qu’il aura payé son achat de sa poche. Par exemple, vous êtes à l’épicerie et votre enfant demande une barre de chocolat : si vous êtes d’accord avec cet achat, dites-lui qu’il peut utiliser son argent de poche pour choisir la barre qu’il veut en fonction du montant qu’il a épargné. Lorsque les enfants ont le contrôle de leurs dépenses dès le plus jeune âge, ils acquièrent les compétences nécessaires à la prise de décisions éclairées. Et ils apprennent qu’il est possible de se gâter, avec un peu de planification. 

La façon dont vous mettez en œuvre la méthode GISS vous revient entièrement. Lorsque mon fils était petit, il avait quatre contenants du Magasin à un dollar étiquetés avec les quatre principes. Il avait décidé de répartir son allocation hebdomadaire dans chacun des contenants. Lorsqu’il recevait de l’argent à son anniversaire et à Noël, il suivait le même principe. Il ne lui a pas fallu beaucoup de temps pour avoir assez d’argent pour acheter son propre jeu d’ordinateur de poche. Il était si fier d’aller au magasin et de l’acheter avec son propre argent. Lorsqu’il a grandi et que le jeu ne l’intéressait plus, il a voulu le donner à un refuge pour femmes local, en plus de l’argent qu’il avait amassé dans son contenant « Donner ». J’étais tellement fière de lui! Libre à vous d’adapter cette méthode aux besoins de votre famille.

Qu’en est-il des élèves de niveau intermédiaire et secondaire? À cet âge, de nombreux enfants canadiens possèdent déjà un téléphone cellulaire, un ordinateur, ou une tablette, et s’intéressent aux vêtements et aux chaussures de marque. Comment leur enseigner de bonnes habitudes financières? L’établissement d’un budget avec eux est un bon point de départ. Vous pourriez discuter avec eux du coût mensuel de leurs appareils et de leur forfait de téléphonie cellulaire afin qu’ils comprennent le montant d’argent nécessaire pour avoir ces articles. Cet âge est également approprié pour introduire le concept des cartes de crédit et des cartes de débit.

Discutez avec eux des frais associés à chacune de ces cartes ainsi que des intérêts, et de la façon dont ils s’accumulent avec l’utilisation de la carte de crédit. Encouragez votre enfant à se poser les questions suivantes avant de faire un achat :

  • Est-ce que j’en ai BESOIN? N’oubliez pas que vous devez épargner assez d’argent pour vos BESOINS avant de dépenser pour vos DÉSIRS.
  • Y a-t-il une autre façon d’obtenir ce que je DÉSIRE? Puis-je l’emprunter, le louer ou l’acheter usagé?
  • Qu’est-ce que je DÉSIRE une autre chose pour laquelle je préfèrerais dépenser mon argent?
  • Pourquoi est-ce que je le DÉSIRE? Est-ce que je le veux parce que c’est important pour moi ou parce que tout le monde en veut ou en possède un? La pression de leurs amis et des médias sociaux entraîne souvent le syndrome FOMO (de l’anglais Fear of Missing Out), parfois appelé la crainte obsessionnelle de manquer à l’appel. C’est l’occasion parfaite d’ouvrir une discussion au sujet des plus démunis et de l’importance d’aider les gens dans le besoin avant d’assouvir nos désirs.

Cette démarche contribuera grandement à enseigner la valeur de l’argent à vos enfants et à les orienter vers le chemin du bien-être financier. La FCNB offre de nombreuses ressources qui peuvent vous aider à parler d’argent à vos enfants, dont un modèle de budget étudiant simple, un guide parental de la gestion financière chez les jeunes et un jeu en ligne intitulé Fortune qui rend amusant l’apprentissage au sujet de l’argent. Consultez le site de la FCNB pour en apprendre davantage.



Comments     Permalink     Add Comment

Gare aux prêteurs sur salaire en ligne
by FCNB-Fr on 


Gare aux prêteurs sur salaire en ligne

Un nombre croissant de prêteurs sur salaire proposent leurs services en ligne et ont recours aux médias sociaux, aux services de messagerie électronique, aux annonces payées et aux pages de renvoi pour faire la promotion de ces services. Au Nouveau-Brunswick, tout prêteur, que ce soit en ligne ou en personne, ne peut offrir ses services l’autorisation de la FCNB. Avant de contracter un prêt sur salaire, assurez-vous que le prêteur est titulaire d’un permis, en communiquant avec la FCNB ou en consultant la liste des prêteurs sur salaire avec permis dans notre site Web.

Les prêteurs sans permis exercent leurs activités en marge de la loi 

La FCNB a reçu des plaintes concernant des sociétés de prêts sur salaire qui communiquent avec des clients dont les paiements sont en retard à leur lieu de travail et que dans certains cas, elles les menacent de s’adresser à leur employeur pour se faire rembourser. Elles prennent parfois contact avec eux jusqu’à 50 fois par jour. Sachez qu’il est illégal pour un prêteur sur salaire dans la province de communiquer avec vous sur votre lieu de travail ou de prendre contact avec votre employeur ou vos collègues pour recouvrer un paiement en retard.

Voici quelques-unes des sociétés de prêt sur salaire qui ne possèdent pas de permis leur permettant d’exercer au Nouveau-Brunswick :

  • Truepaydayloan.ca
  • cash2gonow.com
  • cashbuddy500.com
  • cashflow500.ca
  • cashflow500payday.com
  • creditmontreal500.com
  • fastmoneyloans.ca
  • nationalpaydayloan.ca
  • Paydayking500.com
  • pretsohben.com
  • Rapidpaydayloans.net
  • royalfinances.ca
  • solutions500.com
  • speedypayloans.ca

Les prêts sur salaire sont des prêts à coût élevé. Assurez-vous de comprendre le coût de l’emprunt avant de contracter un prêt sur salaire. Nous avons une vidéo qui explique le coût des prêts sur salaire ainsi que vos droits et responsabilités. Vous devriez envisager toutes les possibilités afin de trouver la bonne solution pour vos besoins de financement à court terme. 

Consultez cette page pour en savoir davantage sur les prêts sur salaire et vos droits et responsabilités.

Si un prêt sur salaire est une bonne solution pour vous, assurez-vous d’avoir un plan de remboursement et de prendre toutes les mesures à votre disposition pour vous protéger avant d’emprunter de l’argent.



Comments     Permalink     Add Comment

Devenez un consommateur responsabilisé : prenez des décisions éclairées
by FCNB-Fr on 


Devenez un consommateur responsabilisé : prenez des décisions éclairées

Vous avez l’intention d’acheter un téléphone cellulaire bientôt? Ou vous magasinez pour vous procurer une nouvelle télévision à écran plat? Ou peut-être souhaitez-vous simplement acheter un sac de croustilles?

Lorsqu’il s’agit d’acheter des produits ou des services, les choix semblent être infinis. Une simple recherche sur le site Web d’Amazon pour trouver des télévisions génère une liste de résultats comprenant plus de 5 000 appareils!

Il y a quelques décennies, les saveurs des croustilles étaient seulement nature, sel et vinaigre, ketchup et crème sure et oignons. Aujourd’hui, les saveurs proposées mettent l’eau à la bouche : sel de mer et poivre, bacon fumé, aneth crémeux, sandwich grillé au fromage, taco, frites croustillantes, ailes de poulet et pommes de terre ranch, chili et fromage jalapeño et, un classique au Canada, poutine, pour n’en nommer que quelques-unes.

Cette abondance de choix ne se limite pas qu’aux produits. Toute personne qui souhaite se procurer une assurance automobile ou habitation ou encore des services ou des produits financiers risque d’être submergée par les choix qui s’offrent à elle.

Mais ce n’est pas seulement la variété qui gagne en importance. Dans le cas des produits financiers, leur complexité a également augmenté. Chaque produit est associé à différentes options et caractéristiques qu’il faut choisir.

Or, une trop grande variété de choix peut être démotivante, explique l’auteur Barry Schwartz dans son livre intitulé Le paradoxe du choix.

Le choix ne rend plus libre : il paralyse, affirme l’auteur.
Un consommateur peut se sentir accablé lorsqu’il y a trop d’options, car il court davantage de risques de prendre une mauvaise décision si beaucoup de choix s’offrent à lui. Il peut buter contre une surabondance de choix : il panique et évite de prendre une décision. Ou bien il peut décider de se rabattre sur une autre personne pour prendre une décision à sa place... le vendeur, par exemple!

Et même lorsque le consommateur a pris une décision, il peut ensuite être taraudé par des pensées négatives. Par exemple, il pourrait regretter d’avoir refusé une option, comme un toit ouvrant pour sa voiture ou une piscine creusée pour sa maison. Rongé par la crainte de prendre la mauvaise décision dans un monde d’abondance de choix, un consommateur pourrait opter pour le produit coûteux d’une grande marque considérée comme digne de confiance plutôt que pour le produit qui répondrait le mieux à ses besoins.

Maintenant, ajoutez à ce foisonnement de choix la complexité grandissante des produits. Prenez les voitures, par exemple. Il n’y a pas si longtemps, une caméra de recul était une option haut de gamme. Aujourd’hui, les constructeurs automobiles vendent des véhicules dotés d’un dispositif de sécurité anticollision qui analyse les voitures qui roulent devant et alerte le conducteur si une collision est imminente. Ce dispositif peut même amorcer le freinage.

La situation est semblable dans le monde financier. La complexité et la variété grandissantes des produits et des services financiers d’aujourd’hui font peser une responsabilité financière plus lourde sur les épaules des citoyens. Les consommateurs n’ont plus seulement à choisir un taux d’intérêt parmi deux prêts bancaires ou plans d’épargne différents : pour emprunter ou épargner, ils doivent faire leurs choix parmi une variété de produits financiers complexes.
Par conséquent, la littératie financière est plus importante que jamais.

Qu’est-ce que la littératie financière? Il s’agit simplement des connaissances, des compétences et de la confiance dont une personne a besoin pour prendre des décisions informées en matière de finances, qu’il s’agisse d’acheter des articles d’épicerie, de choisir un compte d’épargne ou de faire un investissement plus important, comme acheter une voiture ou investir dans un régime enregistré d’épargne-études.

Lorsque nous avons des connaissances, des compétences et de la confiance en matière de finances, nous sommes mieux outillés pour prendre des décisions au quotidien sur la manière de dépenser notre argent et pour assumer nos obligations financières. Nous pouvons nous orienter dans les marchés financiers, qui sont en constante évolution, et acheter les produits et les services qui répondent le plus à nos besoins. Nous pouvons planifier nos dépenses et analyser des renseignements de nature financière.

Apprendre à mieux gérer ses finances n’est pas difficile et ne nécessite pas beaucoup de temps. En prenant quelques minutes par jour pour vous informer et acquérir des habitudes intelligentes et simples en matière de finances, vous serez sur la bonne voie pour devenir un consommateur plus averti. Voici quatre façons simples de devenir plus averti en matière de finances.


Être informé signifie également connaître ses droits et ses responsabilités en tant que consommateur. Au Canada, les plaintes des consommateurs sont traitées par différents ordres de gouvernement ainsi que par des organisations non gouvernementales. Que vous vous procuriez un appareil électroménager, effectuiez un placement, contractiez un prêt hypothécaire ou achetiez un produit d’un vendeur de porte-à-porte, il est fort probable que vous soyez protégé par l’une des lois touchant les finances et la protection des consommateurs en vigueur au Nouveau-Brunswick.

Il y a beaucoup de choses à comprendre lorsqu’il s’agit de connaître vos droits et vos responsabilités en matière de finances. Informez-vous au sujet des protections dont vous jouissez en tant que consommateur, posez des questions sur la politique de retour et d’échange des commerces et lisez les passages en petits caractères avant de signer un prêt, une entente ou un contrat. Si vous avez une plainte de consommateur à soumettre, visitez le site Web de la FCNB.

En prenant le temps qu’il faut pour devenir un acheteur intelligent et pour vous renseigner sur les produits et les services avant de procéder à un achat, vous deviendrez un consommateur responsabilisé et gagnerez la confiance nécessaire pour prendre des décisions éclairées.


Comments     Permalink     Add Comment

Avez-vous besoin d’une « désintox » financière?
by FCNB-Fr on 


Avez-vous besoin d’une « désintox » financière?


Le mot « désintox » est à la mode de nos jours. Qu’il s’agisse de la désintoxication de notre régime alimentaire ou de nos relations, nous cherchons tous des façons d’avoir un corps plus mince et l’esprit plus clair, de même qu’à nous débarrasser des amitiés et des situations malsaines, qui nuisent à notre bien-être général.

Tout comme vous suivez un plan de conditionnement physique pour perdre 15 livres ou un guide étape par étape pour vous aider à vous organiser, vous devez dresser un plan pour éliminer vos dettes. Saviez-vous que, selon les tout derniers chiffres sur le Canada, la dette moyenne des ménages, y compris l’hypothèque, représente 173 % du revenu disponible? Autrement dit, pour chaque dollar que nous gagnons, nous devons 1,73 $! Voilà pourquoi notre ratio d’endettement figure parmi les plus élevés au monde, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Si votre niveau d’endettement vous stresse, sachez que vous n’êtes pas seul. Près de 45 % des travailleurs au Canada atlantique se sentent dépassés par leur niveau d’endettement, selon un sondage réalisé en 2018 par l’Association canadienne de la paie (en anglais seulement).

Les dettes représentent un fardeau financier dont vous n’avez pas besoin. Au lieu de vous sentir dépassé, soyez proactif et dressez un plan financier qui vous permettra de vous attaquer à vos dettes. Tout comme les entraîneurs prennent des mesures et des photos avant, vous devez avoir un aperçu de ce que vous devez. Voici sept étapes à suivre pour vous aider à vous libérer de vos dettes :

1. Dressez la liste de toutes vos dettes. Incluez les prêts hypothécaires, les prêts d’auto, le solde de vos cartes de crédit, le solde de vos marges de crédit, vos prêts sur salaire, l’impôt que vous devez, les factures de services publics impayées (comme le téléphone cellulaire, l’électricité et le câble), les prêts étudiants et les prêts que des amis et des membres de votre famille vous ont accordés. Pour chaque élément de la liste, indiquez :
        • le montant total que vous devez;
        • le paiement mensuel minimum;
        • le taux d’intérêt.

2. Examinez votre cote de crédit. Il existe deux agences nationales d’évaluation du crédit au Canada : Equifax Canada et TransUnion Canada. Elles doivent, sur demande, vous fournir gratuitement un rapport de solvabilité une fois par année civile. Toutefois, elles peuvent imposer des frais pour des rapports ou des renseignements supplémentaires. Vous pouvez en apprendre plus sur les rapports de solvabilité ici.

3. Négociez des taux inférieurs. Examinez la liste de vos dettes et le taux d’intérêt de chacune d’elles. Vous pourriez peut-être négocier un taux inférieur avec votre prêteur. Commencez par chercher des taux d’intérêt inférieurs auprès d’autres prêteurs ou de sociétés émettrices de cartes de crédit, comme les caisses populaires, les credit unions ou les banques. Armé de ces taux concurrentiels et de votre cote de crédit (voir le conseil d’hier), composez le numéro des services à la clientèle de chaque compte et négociez. Vous trouverez plus de renseignements ici.

4. Décidez d’une stratégie. Selon le genre de dettes que vous devez, il vaudrait peut-être mieux payer certaines d’elles en premier. Voici deux stratégies :
      • Méthode de l’avalanche : Si vous payez en premier les dettes dont le taux est le plus élevé, vous paierez moins d’intérêts. Il vous sera ainsi possible de vous libérer de vos dettes plus vite et de payer moins cher en général. Dressez la liste de vos dettes, du taux d’intérêt le plus élevé au plus bas. Versez le paiement minimum de toutes vos dettes, mais servez-vous de tout montant supplémentaire pour rembourser la dette dont le taux d’intérêt est le plus élevé. Une fois que vous l’avez remboursée, prenez tout l’argent avec lequel vous payiez la première dette et attaquez-vous à la deuxième sur votre liste. Poursuivez cette méthode jusqu’à ce que vous ayez remboursé chacune de vos dettes, en gardant celle qui est la moins dispendieuse pour la fin. Par exemple, les taux d’intérêt des prêts sur salaire sont souvent les plus élevés de toutes les dettes que vous devez, après les cartes de crédit. (Cliquez ici pour en apprendre plus sur les prêts sur salaire et les solutions de rechange.)

      • Méthode de la boule de neige : Vous vous souvenez du bonhomme de neige de votre enfance? Pour y parvenir plus rapidement, vous deviez façonner une boule avec de la neige et commencer à la rouler dans la cour. La boule de neige grossissait et grossissait au point de devenir énorme. Vous pouvez appliquer le même principe au remboursement de vos dettes. Pour ce faire, vous devez rembourser votre plus petite dette en premier et transférer l’argent que vous mettiez dans cette dette au solde de la deuxième dette la moins élevée. Tout d’abord, dressez la liste de vos dettes, du solde le plus bas au plus élevé. Versez le paiement minimum de toutes vos dettes, sauf celui de la plus petite. Utilisez l’argent supplémentaire pour rembourser la dette la moins élevée. Une fois que vous l’avez remboursée, prenez tout l’argent avec lequel vous payiez la plus petite dette et commencez à rembourser la deuxième sur votre liste. Poursuivez cette méthode jusqu’à ce que vous ayez remboursé chacune de vos dettes. Elle fonctionne parce que vous voyez des progrès rapidement. Quand vous voyez que votre plan fonctionne, vous le respectez!

Une fois que vous avez remboursé une dette, envisagez de fermer ce compte. Ne gardez que les comptes dont vous avez besoin et que vous avez les moyens de payer de manière responsable. Songez à garder un ancien compte ouvert parce que votre cote de crédit repose en partie sur la période pendant laquelle du crédit qui vous a été accordé.

5. Consolidez vos dettes. Étudiez la possibilité de demander un prêt ou une marge de crédit pour rembourser plusieurs dettes dont le taux d’intérêt est élevé. C’est ce qu’on appelle la consolidation de dettes. Cela signifie que vous n’aurez qu’un paiement mensuel à faire plutôt que de payer chacune de vos dettes séparément. Un prêt de consolidation ou une marge de crédit peut vous aider à sortir de l’endettement si :
  • le taux d’intérêt est inférieur à celui des dettes que vous consolidez;
  • le paiement mensuel est inférieur à toutes vos autres dettes réunies parce que vous pouvez prendre l’argent supplémentaire pour rembourser votre dette plus vite;
  • vous évitez de vous endetter encore plus avec le crédit que vous libérez et dont vous disposez.

Si vous envisagez de demander un prêt de consolidation, assurez-vous de demander à votre institution financière quel genre de dettes vous pourrez rembourser. Prenez soin de bien comprendre le coût véritable du crédit.

Veillez à ne pas vous servir du crédit que vous avez libéré grâce à votre prêt de consolidation. Si vous le faites, vous serez alors encore plus endetté qu’auparavant. Vous ne voudriez pas entrer dans le cycle de la consolidation de vos dettes pour revenir en arrière et remplir à nouveau vos cartes de crédit. Vous pouvez en apprendre plus sur les prêts de consolidation ici et sur la façon d’en trouver un qui correspond à vos besoins.

6. Trouvez de l’argent supplémentaire. Cherchez dans la maison, dans vos armoires et dans vos espaces de rangement. Y a-t-il des articles que vous n’utilisez plus ou dont vous n’avez plus besoin? Vendez-les pour faire de l’argent supplémentaire et rembourser vos dettes. Ou envisagez de décrocher un emploi à temps partiel pour gagner un peu plus d’argent. Utilisez le chèque de paie de ce second emploi pour rembourser vos dettes plus vite.

7. Évitez de vous endetter encore plus. Pour éviter de vous endetter davantage, retirez votre carte de crédit de votre portefeuille et mettez-la en lieu sûr. Une bonne idée consiste à déposer votre carte de crédit dans un sac en plastique rempli d’eau et à mettre le tout au congélateur. Si vous êtes tenté d’acheter quelque chose à crédit, vous aurez une période de réflexion imposée! Ne payez vos achats pendant le reste du mois qu’en espèces ou avec votre carte de débit. Ainsi, vous dépenserez seulement l’argent que vous avez déjà. N’utilisez votre carte de crédit qu’une fois que vous avez atteint votre objectif : rembourser vos dettes.

Si vous suivez ces sept étapes de désintox financière, vous maîtriserez beaucoup mieux vos dettes, ce qui vous aidera à parvenir au bien-être financier.



Comments     Permalink     Add Comment

Participez à notre campagne 30 jours pour assainir ses finances et courez la chance de gagner 250 $
by FCNB-Fr on 

Participez à notre campagne 30 jours pour assainir ses finances et courez la chance de gagner 250 $

 

Nous souhaitons tous adopter un mode de vie plus sain. Mais la santé ne dépend pas seulement du bien-être mental et physique. Elle est également étroitement liée au bien-être financier, un aspect essentiel pourtant souvent négligé.

 

Les problèmes financiers peuvent être une grande source de stress et se manifester par des symptômes physiques comme l’insomnie, l’augmentation de la pression artérielle ou des problèmes cardiaques. Des problèmes de santé mentale, comme la dépression, peuvent également apparaître lorsqu’on éprouve des difficultés financières.

 

Si l’argent vous stresse, sachez que vous n’êtes pas la seule personne dans cette situation. Selon un récent sondage, l’argent est la plus grande source de stress pour 41 % des Canadiens et 51 % ont honte de ne pas avoir suffisamment de contrôle sur leurs finances.  

 

Vous pouvez prendre le chemin du bien-être financier et de la sécurité financière en adoptant de nouvelles habitudes de dépenses et d’épargne.

 

Malheureusement, nos habitudes de dépenses et d’épargne (ou l’absence d’épargne) sont souvent bien ancrées. Pour les changer, nous devons prendre les choses en main et modifier nos comportements de façon durable. Il n’est pas facile de changer les comportements liés à l’argent. Après tout, nous tenons à nos habitudes. Devant le stress, l’ennui ou la tristesse, nous avons tendance à dépenser, ce qui peut susciter un sentiment de culpabilité. D’après le sondage de 2018 de l’Association canadienne de la paie, 49 % des Canadiens de la région Atlantique vivent d’un chèque de paie à l’autre. Il indique également que 41 % des Canadiens dépensent la totalité ou plus de leur paie nette! Peu importe combien vous gagnez, vous pouvez vous retrouver à vivre d’un chèque de paie à l’autre si vous vous laissez emporter par ce cercle vicieux ou laissez de mauvaises habitudes financières prendre le dessus.

 

Vous pouvez transformer vos habitudes financières dès maintenant. Nous avons mis au point un défi de 30 jours qui jettera les bases de nouvelles habitudes financières dans quatre secteurs : le budget, la gestion de la dette, les dépenses et l’épargne. Et vous courez la chance de gagner des prix!

 

C’est en prenant conscience de nos dépenses et en faisant nos achats de façon réfléchie que nous prenons soin de notre bien-être financier. Il faut comprendre comment nos valeurs, ou ce qui est le plus important pour nous dans la vie (le bonheur, la santé, la liberté ou la sécurité), motivent presque toutes nos décisions financières. Il s’agit de définir nos objectifs financiers et de poser les gestes pour les atteindre. Fixer des objectifs financiers vous incitera à respecter cette routine financière et à contrôler vos dépenses. Prendre connaissance des raisons pour lesquelles vous dépensez vous motivera et vous aidera à réaliser que vous êtes capable de résister à vos envies irrésistibles de dépenser.

 

Tout comme la perte de 5 kilos peut vous inciter à persévérer dans votre plan de mise en forme, voir vos économies augmenter et vos dettes diminuer peut vous aider à garder le cap.

 

Alors, qu’attendez-vous? Relevez notre défi et prenez la voie du bien-être financier tout en courant la chance de gagner des prix. Ne manquez pas de consulter notre calendrier. Il contient des astuces quotidiennes pour vous aider à atteindre vos objectifs de bien-être financier. Dites-nous comment se déroule votre défi, votre truc préféré pour économiser ou ce que vous avez appris par l’entremise de Facebook, Twitter ou Instagram en utilisant le mot clic #DépensezBienFCNB.

 

Il est important de veiller à son bien-être physique, mais il ne faut pas oublier son bien-être financier. Relevez le défi! 


Pour d’autres idées, visionnez notre vidéo en cliquant sur le lien ci-dessous.





Comments     Permalink     Add Comment

 
RSS Feed

Dans cette section :

2015 © Commission des services financiers et des services aux consommateurs